Randonnées pédestres

1. Rue - Promasens

  • Durée: 3h00
  • Longueur: 11.5 km
  • Dénivelé: 325 m
  • Région: La Glâne
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le parking à la sortie sud-ouest de Rue, à droite si vous venez d’Ursy.
  2. Cheminez ~100 m sur le trottoir, pour prendre à gauche le chemin bitumé et balisé, direction Promasens.
  3. Vous traversez un ruisseau avant d'arriver à Devant la Ville (pt 636, poste 1).
  4. Parcourez la forêt "En Faye" jusqu'à "Riondbochet" (pt 652, poste 2).
  5. Un chemin bitumé vous conduit, plein sud, vers le pt 665 (poste 3).
  6. Ce même chemin (direction nord-est) vous permet d'atteindre Arlens (pt 691, poste 4).
  7. Un beau sentier gravelé vous fait monter vers la ligne de chemin de fer que vous traversez sur un pont routier décrivant une grande courbe (hameau de Favery).
  8. Suivez en lisière, direction sud, un sentier gravelé . ~100 m avant la fin de la forêt, allez à droite vers la chapelle St-Joseph (poste 5).
  9. Dirigez-vous vers la ferme et le grand chemin Chapelle – Mossel. Au carrefour, obliquez à gauche.
  10. Marchez vers le nord sur un chemin rectiligne jusqu'au prochain carrefour au pt 811 (poste 6).
  11. Montez d'abord à gauche vers un hameau de Mossel puis descendez à gauche encore par un sentier herbeux puis par un bon chemin pour passer une nouvelle fois sur le grand pont routier à Favery.
  12. Une petite route vous emmène au carrefour de Blessens (pt 706, poste 7).
  13. Changement de direction : marchez vers le sud-ouest sur ~500 m puis, à la première bifurcation, descendez à droite vers le nord.
  14. A "Les Crottes" (pt 648, poste 8), traversez un petit ruisseau et empruntez le sentier de gauche en terre battue pour rentrer à Rue.
  15. Au pt 647 (poste 9), au bord du ruisseau, vous avez la possibilité de retourner à Rue soit par le chemin de gauche, soit par celui qui passe aux Augustins. Comptez 15 minutes de plus par les Augustins.

La région

Communes et fusions

Rue

1211 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné :

  • Rue
  • Blessens
  • Gillarens
  • Promassens

Dernière fusion en 2001

Ursy

1722 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné :

  • Ursy
  • Bionnens
  • Vauderens
  • Mossel
  • Esmonts
  • Vuarmarens

Dernière fusion en 2012

Lieux-dits

  • En Faye : forêt de hêtres
  • Riondbochet : bosquet de forme ronde
  • Riond : rond
  • Bochet : lieu buissonneux ou bosquet
  • Fontanettes : endroit riche en sources
  • Essert : terrain défriché
  • Saugy : bosquet ou ensemble de saules
  • Mossel : petite colline

Bossard & Chavan, Nos lieux-dits, Cabédita

L’oratoire St-Joseph

L'édification de la chapelle date de 1684.Elle est dédiée au Verbe incarné et aux saints Joseph et Joachim. Elle appartenait à Dom Pierre Rossier, reçu bourgeois d'Arlens en 1653 et curé de Rue de 1656 à 1666. Il la cède par testament à la cure de Promasens. En 1882, Jules de Maillardoz rachète le domaine St-Joseph sur lequel se trouve la chapelle et il la restaure. Il s'agit de la plus ancienne construction du village de Blessens.

Le site des Augustins

Au milieu du 19ème siècle, Marie-Laure Maublanc de Chiseul, épouse de Jules de Maillardoz, fait bâtir sur le domaine des Augustins une magnifique maison de campagne de style néopalladien. Après avoir été la résidence d'été des Maillardoz, elle a abrité des religieux. Elle a ensuite été transformée en pensionnat de jeunes filles puis a reçu des réfugiés alsaciens et lorrains durant la seconde guerre mondiale.

Dédiée à la Sainte-Trinité et à l’Immaculée Conception, une chapelle néo-gothique a été construite en 1864 aux Augustins, à l’est de Rue.

La ferme date du 16ème siècle. Elle a été agandie en 1777.

La chapellenie de Maillardoz a été restaurée

En 2005, les nouveaux propriétaires, Marcel Dorthe et son épouse, ont restauré la chapellenie de Maillardoz. L'immeuble est inscrit en classe A du patrimoine bâti. Cette maison, dont les fondations remontent au 13ème siècle, a été construite au milieu du 16ème siècle. Elle abrite des plafonds à la française uniques dans le canton. Trois façades ont été entièrement repeintes. Le toit a été partiellement refait. Des portes gothiques en noyer, datant de 1551, embellissent le hall d'entrée. La cage d'escalier en molasse est posée sur une colonne de plus de 15 m de haut. Une superbe cave voûtée, de style roman, remonte à 1200. Les propriétaires souhaitent ouvrir leur maison à la culture : expositions, soirées de lecture, concerts. Les pères de la congrégation de St-François de Sales à Annecy y ont habité de 1886 à 1926. La marquise de Maillardoz a fait sceller une plaque commémorative au-dessus de la porte d'entrée portant ses armes et celles des Maillardoz.

La maison de Prez

Cette maison a été construite en 1551. La façade principale du bâtiment qui fut la résidence de la famille de Prez avant de devenir celle des Maillardoz présente les armoiries des deux familles. Richard de Prez a été le fondateur de la chapelle St-Nicolas de Rue qui deviendra l'église paroissiale en 1622.

L'ancienne tannerie de Rue

Cette maison cossue datant du début du 19ème siècle comporte deux étages d'habitation sur un rez-de-chaussée où se trouvait une tannerie. Le travail du cuir était à l'époque très prospère. Les foires de Rue, renommées, permettaient l'écoulement des cuirs.

L’ancienne école de Blessens

Ce bâtiment de type heimatstil a été construit en 1913-1914. La cloche a la taille de celle d’une d’église. Est-ce en raison de l'habitat aussi dispersé? Lors de sa construction, une sépulture de l'époque de La Tène (de -500 à 0) a été mise au jour. Le squelette portait un bracelet en verre bleu clair, une grande perle d'ambre et une chaînette de ceinture en bronze. En 2009, elle était habitée par le peintre d'origine ukainienne Juri Siomash.

Le Chemin de croix de René Conus

C’est en 1972 que René Conus (le sage de Rue, 1902-1979) a offert son oeuvre à la ville de Rue. Maltraité par le temps et les caprices du ciel, son Chemin de croix a mal traversé les années. Il aurait dû être cuit deux fois, et non une, pour supporter les intempéries. Grâce à la générosité de nombreux donateurs, la restauration a pu se faire en l’an 2002. La maison Rossato à Vicenza et le graphiste Daniel Will de Blessens ont réalisé cette rénovation. L’entreprise Corpataux, à Ursy, a assuré la pose du Chemin de croix.

Le château de Rue

Rue est mentionné pour la première fois en 1152. En 1262, Pierre de Savoie devient seigneur direct de Rue. Lors de la conquête du pays de Vaud par Berne et Fribourg en 1536, Rue se rend à Fribourg qui y installe un bailli ; celui-ci y réside jusqu’à la chute de l’ancien régime en 1798. En 1848, Rue est rataché au district de la Glâne. En 1856, l’Etat vend le château aux enchères. Jules-Louis de Maillardoz en fait l’acquisition pour le revendre aux frères Surchat de Blessens qui le cèdent en 1873 à un industriel de Lyon, Ernest Ferber, qui a contribué à sa restauration, ainsi que les propriétaires successifs du château.

Découvertes archéologiques

Blessens, Epoque de La Tène (de -500 à 0)

Lors de la construction de l’école de Blessens, en 1913-1914, on a découvert dans une tombe un bracelet en verre bleu clair, très fin, une grande perle d’ambre et une chaînette de ceinture.

Rue, Epoque romaine (de 0 à 400)

On a trouvé dans les environs de Rue, sur un réservoir où aboutissaient deux sources, un magnifique sanglier de bronze muni d’un oeil de rubis.

Rue, Haut Moyen Age (de 400 à 800)

Deux tombes à dalles situées au-dessus du château de Rue ont été mises au jour.

Personnalités

René Conus, le sage de Rue

Né le 6 octobre 1902 à Fribourg, René Conus, graphiste de profession, a passablement bourlingué dans toute l'Europe avant de s'établir à Rue, sa commune d'origine, dans les années soixante. Il a passé dix-huit ans dans sa maison de poupée qui fait face à l'Hôtel-de-Ville. L'homme a laissé des traces artistiques et amicales dans la région. Il a créé les bannières de la société de gymnastique et de la fanfare. Il encourageait les jeunes à la pratique du football. Intéressé par le théâtre, il a signé plusieurs décors et mises en scène pour la société de Jeunesse.Il a été surnommé le "sage de Rue", à l'occasion d'une émission de l'ORTF consacré aux conteurs.. Il savait vivre avec la nature, recueillir ce qu'elle offre comme les branches et les racines échouées au bord de la Broye. Il a laissé de nombreuses statuettes : une licorne, un diable, un Christ en croix ou des danseurs d'une belle expressivité. Il peignait à l'huile sur toile ou à l'aquarelle sur papier. En 2002, à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance, la société de Développement de Rue lui a consacré une grande exposition de ses œuvres.

Je me suis souvent repenti d’avoir parlé, mais jamais de m’être tu.

Ph. de Commynes

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Pierre Corneille