Randonnées pédestres

107. Ogoz – Chardonne – Cremières

  • Durée: 2h30
  • Longueur: 6.7 km
  • Dénivelé: 285 m
  • Région: Lavaux
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture sous l’autoroute, entre Chexbres et Chardonne. Vers la fin du village de Chexbres, prenez la route qui monte à gauche, direction Chardonne et Châtel-St-Denis. L’endroit se trouve à ~2 km de Chexbres. La randonnée débute là, sur le chemin d’Ogoz, à l’est de l’autoroute. Il y a là un petit sanctuaire et une vue magnifique. Vous êtes au-dessus des Faverges et de St-Saphorin.
  2. Le chemin d’Ogoz vous conduit vers Chardonne.
  3. Vous passez sous l’autoroute (poste 1) et vous arrivez à l’école.
  4. Poursuivez jusqu’à l’église (poste 2).
  5. Suivez le balisage pour Cremières et Chexbres (Ch. des Essertoux).
  6. Le parcours jusqu’à Cremières est très varié : des raidillons, des plats, du goudron, des sentiers herbeux ou gravelés, de la vigne, des pâturages, des forêts avec des poudingues, des hameaux pleins de charme.
  7. Vous passez à Popra (poste 3), Cremières (poste 4) et Lignières (poste 5).
  8. Depuis Lignières, il vous reste encore ~600 m de marche jusqu’au parking.

La région

Communes et fusions

Bourg-en-Lavaux

5000 habitants en 2011

Communes ayant fusionné : - Cully - Grandvaux - Villette - Riex - Epesses

Lutry

8632 habitants en 2004

Puidoux

2286 habitants en 2004

Chexbres

2040 habitants en 2004

Rivaz

330 habitants en 2004

Saint-Saphorin

346 habitants en 2004

Chardonne

2685 habitants en 2004

Corseaux

2091 habitants en 2004

Corsier-sur-Vevey

3081 habitants en 2004

Jongny

1305 habitants en 2004

Lieux-dits

On ne dit pas Le Lavaux, mais en Lavaux ou Lavaux, sans déterminant. Lavaux pourrait signifier "la vallée". Pourtant, cette région n'est pas une vallée. Pour certains, ce serait un vallon situé au-dessus de Lutry qui aurait donné son nom à la région. Pour d'autres, Lavaux viendrait de "Vallis" et désignerait un "territoire administratif. "Vallem de Lustriaco" signifie territoire administratif de Lutry.

  • Grandvaux : sol graveleux (Gravas, Gravaux)
  • Chenaux : canal d'amenée d'eau au moulin, ou conduite de bois pour irrigation
  • Corseaux : (dérivé de cours). Il doit son nom à la forme allongée de son territoire
  • Villette : petit domaine agricole
  • Rivaz : de ripa : la rive
  • Epesses : bâti sur un endroit qui devait être recouvert de végétaux sauvages et d'arbustes à branches basses (latin : spissa ; fourré, massif épais et touffu)
  • Dézaley : pente escarpée recouverte de petits conifères, en particulier de sapins et aussi de fourrés et broussailles
  • Saint-Saphorin : (saint Symphorien). Martyr né et mort à Autun au 2ème siècle

La plupart des noms des autres localités viennent d'un nom propre d'origine gallo-romaine.

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Rivières

  1. La Lutrive qui se jette dans le Léman à Lutry.
  2. Le Châtelard qui traverse le hameau du même nom.
  3. Le Rio-d'Enfer qui passe à Epesses.
  4. La Mottaz.
  5. Le ruisseau de Chenaux.
  6. La Salenche qui arrive à Saint-Saphorin en passant par Ogoz.
  7. Le ruisseau des Gonelles entre Saint-Saphorin et Corseaux.
  8. Le Champaflon qui descend à l'ouest de Riex.
  9. Le Forestay, dont l'embouchure est à Rivaz, traverse Chexbres.

Petit résumé historique du livre « LAVAUX,vignoble en terrasses »

Depuis 2007, Lavaux figure au patrimoine mondial de l'UNESCO. L'ensemble formé par le coteau viticole de Lavaux, le lac et la chaîne des Alpes, visible d'un même regard, compose un paysage d'une exceptionnelle beauté. Plus de mille bâtiments de Lavaux sont protégés. La plupart des localités figurent au patrimoine national. De grandes maisons vigneronnes sont implantées en dehors des localités : le Clos-des-Moines, le Clos-des-Abbayes et la tour de Marsens dans le Dézaley, la maison des Faverges et celle du Burignon en dessus de Saint-Saphorin, le château de Glérolles entre Rivaz et Saint-Saphorin.

Le risque le plus important pour Lavaux se situe dans une éventuelle dégradation de son économie viticole, laquelle entraînerait une avancée de l'urbanisation au détriment des terrains voués à la vigne. Le vignoble est implanté sur des pentes parmi les plus escarpées de tous les terroirs viticoles du monde, grâce à des terrasses (charmus) qui s'intègrent à la géologie particulière des lieux. Il a fallu construire des murs qui descendent jusqu'au lac et qui permettent de maîtriser la déclivité, de réduire la pente parfois abrupte du terrain et, par conséquent, de freiner la vitesse d'écoulement des eaux de surface et de retenir la terre.

Qui est à l'origine de ces travaux gigantesques? Ce sont les moines. Au Moyen Age, ce territoire appartenait aux évêques successifs de Lausanne. Ils ont fait venir de Bourgogne des moines pour implanter la vigne sur ces coteaux abrupts. Les moines se sont mis à construire des murs. Les évêques de Lausanne octroient des zones précises aux couvents naissants des cisterciens d'Hauterive (vers 1138), de Hautcrêt (1141) et de Montheron (1142). Ils encouragent les moines prémontrés d'Humilimont (vers 1148)à s'installer à Dézaley-Marsens, Ogoz, Rueyres et Burignon. Cette forte présence des moines va donner une dynamique extraordinaire à l'essartage et au terrassement de la région de Lavaux. Pour améliorer ses revenus, le vigneron-tâcheron doit être un paysan qui a du bétail et qui tire profit des zones boisées et à pâture sur les hauts de Lavaux.

En 1536, les Bernois s'emparent du pays de Vaud. Grâce aux bonnes relations entre Fribourg et Berne, les couvents fribourgeois conservent leurs propriétés. En 1848, le Grand-Conseil fribourgeois supprime le monastère d'Hauterive. Les vignes qui lui appartiennent reviennent à l'Etat de Fribourg. Les vignes d'Ogoz deviennent propriété du Collège St-Michel.

En 1851, le mildiou attaque la vigne. L'oïdium fait son apparition en 1880. En 1886, le phylloxéra, un redoutable puceron, arrive d'Amérique. Dès lors, il faut observer la vigne et la sulfater. La polyculture a vécu. Les derniers vergers disparaissent progressivement des domaines viticoles, alors que les porcs, les vaches et les moutons s'éclipsent des villages vignerons. Le vigneron qui doit soigner sa vigne n'a plus le temps de s'occuper du bétail.

Peu à peu, vignes et prés sont grignotés par l'urbanisation en marche. Le prix des terrains s'envole. En 1977, Franz Waeber lance son intiative pour sauver Lavaux. Dans les années 1970, la construction de l'autoroute entraîne un remaniement parcellaire d'envergure.

Le principal cépage de Lavaux est le chasselas. Il nous vient de France où ce raisin fut produit en grand dès 1750. D'autres cépages, notamment des rouges, sont aussi cultivés à Lavaux. Parmi eux, le pinot noir, le gamay, le gamaret, le garanoir et le merlot.

Dis ton secret à ton serviteur et tu en auras fait ton maître.

On n’est pas vieux tant que l’on cherche.

Edmond Rostand