Randonnées pédestres

126. Remaufens – Châtel – Vuarat

  • Durée: 2h15
  • Longueur: 9 km
  • Dénivelé: 250 m
  • Région: La Veveyse
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le parking situé au nord-ouest de l'église, près du ruisseau.
  2. Le chemin pour Châtel-St-Denis est là, près du clocher, direction sud-est.
  3. Au 1er car., bifurquez à gauche vers le pt 799 (poste 1).
  4. Il n'y a qu'à suivre le très joli chemin balisé jusqu'à Châtel.
  5. A Châtel, passez près de la poste, puis empruntez le passage à niveau (poste 2).
  6. Peu après la ligne de chemin de fer, prenez à droite la route de Montimbert qui vous conduit à la forêt (poste 3 au pt 878).
  7. Vous traversez toute la forêt (~2,5 km) sur un bon chemin gravelé puis goudronné.
  8. Vous parvenez en lisière au poste 4 (pt 823) situé ~200 m au sud-est de Clos Colliard.
  9. Descendez à Tatroz, non par la route de 2ème classe, mais par un chemin idyllique, plus à l'ouest, qui passe au poste 5 (car. au pt 804), au Bugnon et à Trivela.
  10. Au bas de la pente, traversez la ligne de chemin de fer, la route de 2ème classe et un peu plus loin le Tatrel pour arriver à Tatroz.
  11. Passez devant l'école (clocheton) pour parvenir au carrefour (poste 6).
  12. Le retour à Remaufens s'effectue sur un joli sentier gravelé ou en terre battue et arrive au pt 796 (poste 7).
  13. Un sentier, sur une petite crête, traverse une place de jeux et vous ramène au parking. Même s’il passe très près des maisons, il est ouvert au public.

La région

Communes et fusions

Châtel-St-Denis

5521 habitants le 31.12.08

Remaufens

901 habitants le 31.12.08

Attalens

2805 habitants le 31.12.08

Lieux-dits

  • Fossiau : lieu encaissé, parfois nom du torrent qui y coule.
  • La Cierne : forêt défrichée.
  • La Cergne : forêt défrichée.
  • Le Bioley : bosquet ou ensemble de bouleaux.
  • La Siva : forêt.
  • Le Pontet : construction faite de madriers juxtaposés permettant de traverser un endroit marécageux ; pont sur un ruisseau.
  • La Baumette : caverne, roche en saillie, abri.
  • Villard : groupe de maisons, hameau.
  • La Léchère : endroit où croissent les plantes typiques des marais.
  • La Tsintre : bord, limite. Par extension, ce mot désigne le bout de champ utilisé pour tourner les attelages.

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Le château de Châtel-St-Denis

L’histoire de Châtel-St-Denis commence en 1296, lorsque Jean III de Fruence vend sa seigneurie de Fruence au comte Amédée V de Savoie. Ce dernier manifeste dans cet acte de vente son intention de construire une “ ville neuve “. Le comte de Savoie ratifia cet achat en 1297. Son premier châtelain a été Jean Luyset qui entreprit immédiatement la construction de la nouvelle ville. Châtel changea souvent de mains. Les comtes de Savoie ne conservèrent la seigneurie directe qu’un peu moins d’un siècle. De nombreux propriétaires se sont succédés : Pierre de Challant, seigneur de Cly dans la vallée d’Aoste, Louis Bonivard de Chambéry, François Ier de Gruyère, les Menthon, Jean Ier de Gruyère, LL. EE. de Fribourg de 1513 à 1518, les ducs de Savoie de 1518 à 1528, Bernard Musy de Romont de 1528 à 1533, les très nombreux héritiers de Bernard Musy. Châtel a été vendu à l’Etat de Fribourg en 1574. Le château de Châtel-St-Denis est un bâtiment très trapu, sans élégance. Le donjon est carré. A la suite d’un incendie, dans la seconde moitié du 18ème siècle, il a été rasé à la hauteur des autres bâtiments. L’aile sud, en équerre, est du 18ème siècle. D’après Bernard de Vevey

Une nouvelle passerelle sur la Veveyse

Une nouvelle passerelle métallique a été construite en 2001, près du confluent des deux Veveyse, au lieu-dit “ Les Chaux “. Elle a permis l’ouverture d’un nouveau sentier pédestre, aussitôt baptisé “Le circuit des trois passerelles”. Les deux autres, situées dans le voisinage, sont celles de Moille-Saulaz et de Tusy.

La Landi de Châtel-St-Denis est inaugurée

La nouvelle Landi de Châtel-St-Denis a été inaugurée en décembre 2007. Ce bâtiment est le premier en Suisse romande à présenter une offre aussi vaste : magasin, secteur agricole de 400 mètres carrés, station de lavage, station-service et shop Agrola. Avec 70 places de parc, 1680 mètres carrés de surface de vente et une douzaine de collaborateurs, ce commerce est bien équipé pour accueillir les 90 000 clients annuels attendus. Il a coûté 9,2 millions de francs.

Châtel inaugure sa halle triple

La halle triple de Châtel, à deux pas du stade de Lussy, a été inaugurée le 4 décembre 2009. Conçu par l'atelier Virdis, à Fribourg, le bâtiment compte une aire de jeu modulable de 1200 mètres carrés et des vestiaires, au rez-de-chaussée. Il intègre à l'étage un réfectoire de 370 places assises, qui fait office de cantine pour les élèves du CO. Ce réfectoire débouche sur une galerie surplombant des gradins escamotables de 375 places. La halle triple sera ouverte en soirée et le week-end aux sociétés du district. Elle est polyvalente : on pourra y organiser des manifestations régionales, cantonales ou nationales. Elle devrait abriter le prochain comptoir veveysan. Le coût total s'élève à 13 millions de francs. Châtel paiera 6,3 millions. Les huit autres communes du district se répartiront 3,8 millions. La subvention cantonale se monte à 1,2 million. Les communes ont pu bénéficier d'un prêt LIM de 4 millions de francs.

Swisspor héberge la plus grande centrale photovoltaïque du canton

Le 20 mars 2012, Groupe E Greenwatt a inauguré la plus grande centrale photovoltaïque du canton : 8000 mètres carrés de panneaux perchés sur le toit de l’usine Swisspor, à Châtel-St-Denis. Ils permettront de produire l’équivalent de la consommation annuelle de 300 ménages. Coût : entre 3 et 3,5 millions de francs. Avec un prix de revient inférieur à 30 centimes par kWh, c’est sans doute à ce jour la centrale la plus performante du pays.

Autajon, fleuron châtelois

En 2002, le groupe français Autajon a racheté l'entreprise Säuberlin & Pfeiffer qui édite le fameux almanach "Le Messager boiteux". Le groupe Autajon a investi 14 millions pour s'installer à Châtel-St-Denis. D'autre part, il a installé une machine qui servira à la fabrication de boîtes à cigares, l'une des trois spécialités de l'entreprise châteloise avec les emballages de pharmacie et de confiserie. Autajon imprime encore des étiquettes, notamment celles des vins et des spiritueux.

Serolab a fêté ses 50 ans d'existence

En octobre 2008, Serolab a fêté ses cinquante ans d'existence. Fondée en 1958 à Lausanne par le Dr Jean Thomas, la petite société est passée de quatre à une soixantaine d'employés. Quarante-trois personnes travaillent sur le site de production de Remaufens, où la société s'est installée en 2002. L'activité de Serolab, qui réalise un chiffre d'affaires d'environ 10 millions de francs par an, repose principalement sur l'immunothérapie. Le laboratoire produit depuis ses débuts un médicament biologique phare, aujourd'huii décliné sous une soixantaine de formes : les Sérocytol et les Sérums Equi obtenus à partir du sang d'équidés. Serolab possède à Savigny un laboratoire où sont élevés 42 chevaux et poneys, qui produisent les principes actifs des gammes Sérocytol et Sérum Equi.Autre créneau de Serolab : l'homéopathie. Ancien représentant de Boiron, Serolab s'est lancé seul dans la course en 2004 avec sa propre marque, Homeoswiss.

Swisspor a construit une grande usine à Châtel-St-Denis

En août 2010, le groupe Swisspor a inauguré à Châtel-St-Denis son usine de fabrication d'isolants en polystyrène expansé, la plus grande et la plus moderne de Suisse et d'Europe. Situé dans la zone industrielle de Fleur Berra, ce monument mi-bois, mi-béton, aura coûté au leader national des isolants la bagatelle de 50 millions de francs. Le moment venu, l'usine pourra encore accueillir d'autres machines. La nouvelle infrastructure abrite les 70 employés de l'ancienne usine châteloise (Luxit). 70 emplois supplémentaires seront générés par les activités développées dans les anciens bâtiments situés au Gottau. 20500 mètres carrés (env. 3 terrains de foot) ont été nécessaires pour la construction de cette usine longue de 248 m. Le groupe Swisspor compte 3000 collaborateurs.

En plein Boom, l’usine Swisspor mise sur le recyclé

Moins de deux ans après l’inauguration de son nouveau site, l’entreprise a commencé l’année 2012 en engageant une troisière équipe de production. L’usine, qui travaille désormais 24 heures sur 24, emploie 90 collaborateurs.Ils étaient 70 en 2010. Ce succès est dû à son produit : le polystyrène expansé. Ces plaques de mousse compacte sont utilisées principalement pour l’isolation des bâtiments, mais aussi comme emballages antichocs, voire comme décors de théâtre ou de plateaux de télévision. La gigantesque usine de Châtel-St-Denis veut assurer son avenir dans le polystyrène expansé recyclé. Swisspor récupère les plaques de polystyrène sur des chantiers et lors de démolitions. Broyé, le matériau réintègre le circuit de production. En 2011, le chiffre d’affaires de Swisspor Romandie s’est élevé à 130 millions de francs.

Serolab à Remaufens

Installée en 2002 dans les anciens locaux de Vauthey Lift à Remaufens, l’entreprise pharmaceutique lausannoise a investi quelque 2,4 millions pour la transformation de l’ancienne usine. Cette firme est spécialisée dans la production de médicaments immunobiologiques ; elle occupe 32 employés. Les locaux sont alimentés par de l’air et de l’eau filtrés. Grâce à un système de surpression, ils sont plus propres que des salles d’opération.

Une vigne à Remaufens

Il s’appellera « Le Clos de la Lisière «. Un vin rouge, plus précisément un Cabernet-Jura, made in Remaufens, fruit des 500 ceps que le photographe Tilman Kehren a plantés en 2006 à côté de sa maison, à 830 m d’altitude. Son ami Jean-François Cossy, vigneron-encaveur du domaine des Rueyres à Chardonne, parle de 98 à 100 degrés Oechsle pour la récolte 2011. A terme, on pourrait espérer un rendement de 150 bouteilles par saison.

Ce qui fait rester les femmes, c’est la peur qu’on soit tout de suite consolé de leur départ.

Sacha Guitry

Un jour vient où vous manque une seule chose et ce n’est pas l’objet de votre désir, c’est le désir.

Marcel Jouhandeau