Randonnées pédestres

141. Gletterens – Portalban

  • Durée: 3h00
  • Longueur: 12.5 km
  • Dénivelé: 110 m
  • Région: La Broye
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le grand parking de la salle polyvalente de Gletterens, près de l'église.
  2. Descendez vers le port de Gletterens. Vous arrivez au poste 1 en lisière.
  3. Faites ~250 m sur le beau sentier en lisière, vers le nord-est.
  4. Obliquez à gauche pour aller voir le village lacustre à ~120 m.
  5. Revenez sur vos pas et empruntez le magnifique sentier jusqu’à Portalban.
  6. A Portalban, vous descendez jusqu’au lac, vous contournez le camping et vous prenez le chemin gravelé pour rentrer à Gletterens. Vous êtes dans la Grande Cariçaie.
  7. N’hésitez pas à faire le tour du port de Gletterens qui est magnifique.
  8. Vous vous retrouvez bientôt au poste 1 qui est aussi le poste 5.
  9. Pour éviter d’emprunter le même chemin qu’à l’aller, faites un petit détour par « Sur les Planches ».
  10. Le poste 6 est en lisière.
  11. Traversez la petite forêt et vous parviendrez dans le nouveau lotissement de Gletterens.
  12. Vous êtes tout près de l’église et du parking.

La région

Communes et fusions

St-Aubin

1372 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné (1991) :

  • Les Friques
  • St-Aubin
Delley-Portalban

848 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné (2005) :

  • Delley
  • Portalban

Lieux-dits

  • La Râpe : terrain en pente, couvert de taillis ou de buissons.
  • La Verne : bosquet ou taillis d’aune.
  • Ostende : pourrait signifier à la rigueur “ au stand “.
  • La Motta : tertre, petite élévation ; lieu-dit très fréquent.
  • La Condémine : probablement terre appartenant au seigneur et faisant partie de sa réserve, c’est-à-dire des champs qu’il faisait exploiter lui-même. Ce sont généralement des terres plates ou en légère pente, faciles à travailler et situées à proximité du village.
  • Farvageux : forge.
  • La Léchière : terrain envahi de laîches ou carex, donc très humide.
  • La Sablonière : terre sablonneuse.
  • La Vuette : endroit d’où l’on voit loin, point de vue.
  • Noyerat : endroit avec beaucoup de noyers.
  • Fochaux : lieu encaissé, parfois nom du torrent qui y coule.
  • La Chaucisse : terrain foulé, probablement chemin.

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

L’église de Gletterens

A Gletterens, une chapelle, dédiée à la Vierge (Asssomption), fut construite vers 1600. Elle a été restaurée et consacrée en 1787. En 1858, après des discussions qui avaient duré un siècle, Gletterens fut détaché de Carignan et érigé en paroisse avec obligation de construire une église. Celle-ci fut consacrée en 1878. En 1951-1952, l’église de Gletterens a été, sous la direction de M. Cuony, architecte, intérieurement rénovée. Le maître-autel a été abaissé et surmonté d’un Christ ancien. Derrière, sur la paroi, M. Raymond Meuwly a peint une Assomption. L’église de Gletterens a un nouveau mobilier liturgique depuis août 2000. Les différentes pièces qui le composent sont de véritables oeuvres d’art. Le subtil coup de crayon de l’artiste valaisanne Isabelle Tabin-Darbellay, allié aux connaissances magiques d’Henri Dessiex, ont contribué à la réalisation d’un tableau en marqueterie, une oeuvre sur bois magnifique représentant “ la femme de l’Apocalypse “(“la femme aux 12 étoiles”) : le soleil est sur son vêtement, la lune est sous ses pieds et sa tête est ceinte d’une couronne de “douze étoiles”. Henri Dessiex, ébéniste, est aussi le créateur de l’autel en bois clair, en forme de tau (19ème lettre de l’alphabet grec). Il est également l’auteur de l’ostensoir.

Une sculpture à la plage de Gletterens

Le 6 septembre 2011, une œuvre d’art a été inaugurée sur la plage de Gletterens. Réalisée par l’artiste fribourgeois Jean-Marc Schwaller, la sculpture « Jeux d’eau » se décline en cinq panneaux de verre sur lesquels évoluent des personnages. Cette œuvre d’art marque l’aboutissement des travaux d’aménagement du nouveau port de Gletterens ainsi que de la capitainerie, effectués entre 2008 et la fin 2009. Ce projet a permis la construction de 300 places d’arrimage ainsi que d’un cheminement piétonnier en bois, sur pilotis. La sculpture a coûté un peu moins de 100 000 francs et le prix de l’ensemble des travaux s’est élevé à 7 millions de francs.

Découvertes archéologiques

Gletterens, Néolithique (de -4000 à -2000)

A Gletterens, on a trouvé au 19ème siècle du matériel typique de la civilisation de Cortaillod et de Horgen. On y a également découvert un site de céramique cordée.

Gletterens, Age du bronze (de -2000 à -800)

Un centre important de fabrication d’objets en bronze se trouvait à Gletterens. Une forte inondation détruisit ce village et les richesses des habitants furent englouties sous des couches de sable.

Gletterens, Epoque de La Tène (de -500 à 0)

On a trouvé à Gletterens un squelette d’enfant portant au bras un bracelet formé d’un mince fil de bronze attaché au premier godron d’un grand bracelet en bronze.

Le village lacustre de Gletterens

La construction d’un village néolithique en grandeur nature permet aujourd’hui d’avoir une vision d’un habitat tel qu’il se présentait il y a 5000 ans au bord du lac de Neuchâtel. Les trois maisons, le grenier et la palissade offrent aux visiteurs une image magnifique (et réaliste) des temps passés. Les fouilles archéologiques menées dans la région, et plus particulièrement à Gletterens dans les années 1980, ont fourni des données scientifiques pour cette réalisation. Construit entre 1996 et 1998, le village lacustre trouve sa place dans un site naturel exceptionnel, conférant à ce lieu une dimension touristique, culturelle et pédagogique qui dépasse largement le cadre régional. Sur l’espace vert qui s’étend devant le village poussent de nombreuses plantes qui servaient à l’époque de matière première à l’artisanat. Bientôt, le visiteur pourra également côtoyer les animaux domestiques qui faisaient partie de la vie quotidienne au néolithique (4000 - 2000).

Une nouvelle capitainerie inaugurée à Portalban

En juillet 2014, la commune de Delley-Portalban a inauguré une nouvelle capitainerie dans le port de Portalban. Le bâtiment comprend une buvette, un appartement, un studio et la capitainerie. Celle-ci abrite une réception pour les visiteurs et les locataires du port, un bureau, un local pour les employés et un autre pour les installations techniques. Il y a également des sanitaires et même une buanderie. Le port compte 800 places. Les installations permettent aux plaisanciers de se rafraîchir et d’avoir ainsi un séjour plus confortable. Le restaurant compte 50 places à l’intérieur et 70 dehors, sur la terrasse. Le prix de ces constructions s’élève à 4 millions de francs.

La Grande Cariçaie

Avec 23 km carrés de marais et de forêts qui abritent 800 espèces végétales et 1000 espèces animales – soit le quart de la flore et de la faune suisses -, la Grande Cariçaie dispose d’une richesse écologique d’importance nationale. Ce patrimoine naturel situé sur la rive sud du lac de Neuchâtel a pu être conservé grâce à divers travaux d’entretien lancés dans les années 80. Les travaux sont effectués en partie dans les marais avec le fauchage, le décapage, la creuse de plans d’eau et le débroussaillage. Et en partie en forêt avec l’abattage d’arbres et le broyage des racines et des souches. Il y a plus de trente ans, les buissons progressaient sur le marais et l’érosion rongeait la rive. Il y avait beaucoup plus de forêts et de buissons et moins de marais. La diversité est plus importante sur les sites entretenus. L’objectif de l’entretien des marais est d’éviter leur disparition et par la même occasion l’extinction d’espèces animales et végétales déjà menacées en Suisse. C’est le Groupe d’étude et de gestion (GEG) qui est chargé d’entretenir cette réserve, plus grand site marécageux lacustre de Suisse.

On entre, on crie

Et c’est la vie!

On crie, on sort

Et c’est la mort!

Ausone de Chancel

L’amitié? Elle disparaît quand celui qui est aimé tombe dans le malheur,

ou quand celui qui aime devient puissant.

François René de Chateaubriand.