Randonnées pédestres

15. La Roche – Pont-la –Ville

  • Durée: 2h40
  • Longueur: 9.5 km
  • Dénivelé: 297 m
  • Région: La Gruyère
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le parking de l'église et de la grande salle.
  2. Marchez ~100 m sur le trottoir, direction sud-ouest pour aller prendre le sentier qui descend le long du Stoutz.
  3. Arrivés près du pt 702 (poste 1), dirigez-vous vers le sud-ouest pour aller voir le bloc erratique qui se trouve au bord de la Serbache à ~300 m.
  4. Revenez sur vos pas (~100 m) et enjambez la Serbache sur un petit pont.
  5. Après le passage sur le petit pont, faites ~50 m vers le nord-ouest. Vous arrivez près d’un rucher. Un joli sentier vous attend là. Il vous conduit à Momont (car. au pt 736, poste 2).
  6. Descendez à gauche vers la chapelle de Thusy (pt 681, poste 3) ; site admirable au bord du lac.
  7. Montez en direction de l'église de Pont-la-Ville (pt 746, poste 4).
  8. Avant l'église, empruntez le chemin de gauche en direction de Bertigny et son poyet (pt 754, poste 5).
  9. Après Bertigny, marchez ~200 m vers le sud-est sur la route Rossens – Pont-la-Ville pour prendre à gauche le chemin qui monte à Le Fossard (pt 808, poste 6).
  10. Montez vers le sud-est en direction de la chapelle du Vègre (pt 892, poste 7).
  11. ~200 m après la grande ferme du Marais, au car., allez à droite vers la chapelle du Vègre. La route du Vègre 21 (à gauche) vous conduit dans une direction opposée.
  12. Une belle descente vers le sud-est (ch. goudronné) vous permet d'atteindre le carrefour au pt 824 (poste 8).
  13. Descendez encore jusqu'à la ferme du Leich et prenez à droite un sentier peu visible mais balisé.
  14. Traversez le petit bois puis la Serbache et empruntez le trottoir jusqu'au parking.

La région

Communes et fusions

La Roche

1262 habitants le 31.12.08

Pont-la-Ville

564 habitants le 31.12.08

Lieux-dits

  • Le Villaret : groupe de maisons, hameau.
  • Frangueires : forêt de frênes.
  • Pelevuit : serpolet, marjolaine, plantes des terrains chauds, secs et rocailleux.
  • Le Pralet : petit pré.
  • La Gotte : petite source de surface, petit ruisseau.
  • Le Villard : groupe de maisons, hameau.
  • Le Fossard : lieu encaissé, parfois nom du torrent qui y coule.
  • Le Vègre : pourrait signifier “chemin” (Weg).
  • Les Rontes : très probablement terrain nouvellement défriché.
  • La Fayaule : bois de hêtres.
  • Les Chenalettes : canal d’amenée d’eau au moulin, ou conduite de bois pour irrigation.
  • Traumatta : Ancienne orthographe : Trogmatta. De l’allemand “Trog” (auge, abreuvoir) et “Matte”(pré ou pâturage).
  • Le Stoutz : en allemand “Stutz” (raidillon).
  • La Serbache : Nom allemand formé par pléonasme de la racine “Sar” (rivière) et de “Bach” (ruisseau).
  • Le Cousimbert : “Käsenberg” : montagne de fromages “Gaissenberg” : montagne des chèvres (à choix).

Bossard & Chavan, Nos lieux-dits, Cabédita

Le château de La Roche

Le château de La Roche est mentionné pour la première fois en 1164 : castrum de Rupe. Il était situé sur une éminence rocheuse, à la cote 877, à l’ouest du village actuel de La Roche : c’est une étroite crête entre une face sud verticale dominant de plus de 80 m le cours de la Serbache et une face nord confinant à des prairies situées à quelque 20 à 30 m en contrebas. La tour d’Ulrich de Vuippens est actuellement la partie la plus importante des ruines : haute d’environ 12 m, large d’une dizaine de m, sans ouverture. Ses murs sont constitués de blocs de grès, de cailloux roulés, d’un peu de tuf, mais sans molasse. Ce qui acheva la destruction du château, ce fut l’érection de la paroisse en 1651. On ne trouva rien de mieux que d’utiliser les pierres taillées du château pour la construction de la nouvelle église de 1652 à 1656.

L’église de La Roche

Patron : la sainte Vierge sous le vocable de l’Assomption. La paroisse de La Roche a été créée en 1651 lorsque cette localité s’est séparée de Pont-la-Ville. L’église de La Roche a été consacrée en 1656. Le choeur, assez vaste et qui a conservé son bel autel baroque, a été ouvert du côté gauche et renferme un autre autel : celui de saint Antoine. Il y en a encore deux au haut de la nef ; celui du Scapulaire (à gauche) possède une toile d’un artiste espagnol. A droite a été rétabli dernièrement, encadré des quinze médaillons des mystères, l’ancien tableau du Rosaire. En 1928, diverses peintures ont été exécutées par M. Gino Severini : à l’entrée, une Pieta et, à droite, au-dessus des stalles, une sainte Cène. Le retable du maître-autel a d’abord été restauré par M. Del Soldato puis par M. et Mme Armand Niquille (1953). Les deux grandes colonnes de ce retable , la statue du Christ bénissant, le buste du Père éternel, les petites statues représentant saint Jean et sainte Catherine ont été réalisées par J.-F. Reyff. On attribue d’autre part à l’artiste Joseph Deillon (vers 1770) certaines parties de ce retable.

La chapelle du Vègre

Cette chapelle a été consacrée en 1712, alors qu’elle faisait encore partie de la paroisse de Pont-la-Ville. Le patron en est saint Jacques, dont une grande statue, entourée de celles de saint Nicolas et de saint Antoine de Padoue, occupe le centre d’un autel entièrement en noyer naturel (comme la voûte et la tribune). L’endroit a été illustré, à l’époque de la Révolution, par la présence de plusieurs saints personnages. Sainte Jeanne-Antide Thouret a demeuré dans le voisinage immédiat de la chapelle.

La salle polyvalente de La Roche

La halle polyvalente de La Roche sera officiellement inaugurée au printemps 2003. Elle est cependant déjà occupée depuis l’automne 2002. Elle comprend au rez la salle de sport complétée par une scène de 120 mètres carrés, une salle pour les sociétés, un grand hall d’entrée pouvant accueillir des apéritifs. Le sous-sol est occupé par l’immense abri PC de 320 places et par deux grandes salles pour les répétitions des sociétés de musique. Elle a coûté 6,3 millions de francs.

Le port de La Roche

Le port de la Serbache, à La Roche, a été inauguré en mars 2004. Il peut accueillir 120 bateaux. Cette réalisation, dont les promoteurs sont Claude Yerly et Michel Brodard, a coûté 900000 francs. La construction de ce port a été confiée à la maison française Poralu Marine.

Le restaurant du port de La Roche

Lové dans la crique de la Serbache, L'Unique, le nouveau restaurant du port de La Roche, a été inauguré le 7 juillet 2007 à 7 h 07. Claude Yerly et Michel Brodard en sont les promoteurs. Le bâtiment, entièrement en rondins, est l'œuvre de Philippe Alibert d'Attalens. Les 150 mètres cubes d'épicéa utilisés pour la construction proviennent des forêts de Rathvel et des Paccots. D'une capacité de 100 places, il possède encore une magnifique terrasse orientée vers le lac.

Découvertes archéologiques

Pont-la-Ville, Epoque romaine (de 0 à 400)

La tradition populaire veut qu’il y ait eu un temple païen dédié à Proserpine à la Mallamollière à Pont-la-Ville.

Le Bloc erratique de La Roche

Il y a 20 000 ans, le glacier du Rhône passait par la Gruyère en charriant des blocs énormes dont le plus spectaculaire se trouve encore aujourd’hui dans le lit de la Serbache. C’est le bloc erratique de La Roche, un rocher de granite originaire de la vallée de Saint-Nicolas en Valais.

Un grand lac (il y a 13 000 ans)

A cette époque, une couche de glace de 500 m d’épaisseur recouvrait la région. Petit à petit, le climat s’est adouci et la glace s’est mise à fondre. Là où se trouve l’actuel barrage de Rossens, la vallée était fermée par un barrage naturel en molasse et en sédiments glaciaires qui retenait les eaux de la Sarine.

“Les Mitrettes”

C’est le surnom des habitants de La Roche. Autrefois, les Rochois se rendaient à l’église à Pont-la-Ville. Ils assistaient à la messe et aux vêpres et mangeaient sur place entre les deux offices. Ils emportaient leur dîner dans un récipient en bois appelé en patois “ une mitrette “. Les mitrettes ont disparu mais le sobriquet est resté.

Des ruines à sauver

Les “Rochois d’ici et d’ailleurs” ont proposé en l’an 2000 la création d’une Association pour la sauvegarde du site médiéval de La Roche - Pont-la-Ville. L’intervention est urgente : les ruines menacent de s’écrouler. Mentionné pour la première fois en 1164, le “castrum de Rupe” (en latin) a vu une quinzaine de seigneurs se succéder en ses murs jusqu’en 1350. A cette date, l’évêque de Lausanne en devint maître, les seigneurs de La Roche étant ruinés. Fribourg l’acquit en 1536.

Le golf de Pont-la-Ville

Le Royal Golf de Pont-la-Ville a été fondé en 1993 par monsieur René Brülhart. Au fil des ans, le complexe s’est enrichi d’un restaurant gastronomique et d’un hôtel.

Le poyet de Bertigny

Le Poyet de Bertigny à Pont-la-Ville est surmonté des ruines d’une construction antique qui devait contrôler le franchissement de la Sarine entre Avry-devant-Pont et Pont-la-Ville. Aucune fouille n’ayant été pratiquée à cet endroit, il n’est pas possible de dater ce bâtiment.

En année de bonne récolte, le pauvre est encore plus à plaindre.

L’homme est un apprenti, la douleur est son maître.

Et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert.

Alfred de Musset