Randonnées pédestres

156. Courtepin – Wallenried

  • Durée: 2h00
  • Longueur: 8 km
  • Dénivelé: 130 m
  • Région: Le Lac
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture près de la gare ou dans le voisinage de l'église.
  2. Empruntez au giratoire la route pour Cormérod.
  3. Suivez ensuite les indicateurs jaunes du TP pour Chandossel.
  4. Lorsque vous arrivez au cimetière de Chansalles, faites encore ~200 m dans la même direction avant de prendre à droite le chemin de Bourguillon.
  5. Vous parvenez à Bourguillon (grande ferme comprenant plusieurs bâtiments). C’est le poste 1.
  6. Continuez vers le nord-ouest. Vous passez à Pichaud (poste 2 au carrefour du pt 567).
  7. Un chemin goudronné vous conduit à Wallenried (poste 3 au carrefour du pt 559).
  8. A Wallenried, vous pouvez descendre dans le village pour voir l’église et quelques belles maisons.Vous devez remonter par le même chemin pour aller prendre, au carrefour du poste 3, un beau sentier qui vous fera traverser le bois des Râpes. Vous n’aurez pas manqué d’admirer le beau manoir de Wallenried.
  9. Marchez ~200 m en bordure de la route Fribourg – Morat, jusqu'au carrefour des Râpes (poste 4). J Au carrefour des Râpes, prenez à droite le chemin pour Grossguschelmuth. Traversez la ligne de chemin de fer Fribourg – Morat et la Bibera.
  10. Au carrefour du pt 581 (poste 5) à Grossguschelmuth, montez à travers champs par un chemin bétonné vers le poste 6, près d'un ruisseau (un affluent de la Bibera).
  11. Descendez à droite, en lisière, jusqu'à la Bibera et traversez-la sur une modeste passerelle (poste 7).
  12. Un beau chemin vous conduit jusqu'à Courtaman (poste 8 au carrefour proche du pt 591). Admirez au départ le biotope au bord de la Bibera et ensuite la magnifique allée de grands arbres.
  13. Vous serez en sécurité sur le trottoir jusqu'à Courtepin (poste 9 au giratoire).

La région

Communes et fusions

Cormondes (Gurmels)

4 181 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

  • Cormondes
  • Guschelmuth
  • Liebistorf
  • Wallenbuch
  • Grossguschelmuth
  • Kleinguschelmuth
  • Cordast
  • Kleingurmels
  • Grossgurmels
  • Monterschu
Courtepin

5 398 habitants le 01.01.2017

Lieux-dits

  • La Gottala : petite source de surface, petit ruisseau.
  • Les Coudes : chemin ou ruisseau formant un coude.
  • Moille : à l’origine, prairie très humide.
  • Epenay : arbustes à épines, tels prunelliers sauvages, ronces, églantiers et autres.
  • Les Râpes : terrain en pente, couvert de taillis ou de buissons.
  • Les Roches : présence de rochers.
  • Praly : petit pré.

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

L’église de Wallenried

Patronne : la Sainte Vierge sous le vocable de l’Assomption. Wallenried est l’une des paroisses les plus récentes du canton. La localité faisait partie de la paroisse allemande de Cormondes jusque dans les années 1940. Wallenried possédait une petite chapelle, construite à la fin du 16ème siècle. Elle fit place à un sanctuaire plus important. Celui-ci a été construit par le comte Rodolphe de Castella, propriétaire du château de Wallenried, à la suite d’un voeu fait pendant une guerre, en 1760. Il promit d’édifier à Wallenried, en cas de victoire, une chapelle, en l’honneur de la Vierge. Le général de Castella, sorti vainqueur de la bataille, construisit sur sa propriété une chapelle dont les plans furent fournis par l’architecte Charles Castella. Elle fut consacrée en 1765. En 1861, M. Rodolphe de Castella, petit-neveu du général, agrandit l’édifice, lui donnant ainsi l’allure qu’il a aujourd’hui.

La façade, surmontée d’un petit clocheton, est en molasse ouvragée. Un grand tableau domine le maître-autel. Il a été exécuté, vers 1763, par le peintre français J.-B. Deshays : au-dessus d’un champ de bataille,la Vierge, assise sur les nuages, tient, debout sur ses genoux, l’Enfant Jésus, qui tend une palme au vainqueur de 1760, agenouillé et entouré de ses proches. A gauche, au-dessus de la porte de la sacristie, on a placé un tableau de Deschwanden : la Vierge, saint Jean-Baptiste et saint Canisius (1865). L’érection de Wallenried en paroisse a été prononcée en 1939, par le gouvernement et, en 1940, par l’évêché.

La salle polyvalente a été inaugurée

Baptisé "Festisport", le complexe multifonctionnel de Courtepin et Wallenried accueille non seulement une salle de sport, mais aussi un espace culturel. Il a été inauguré en novembre 2010. Conçu par le bureau d'architecture Zamparo et Millan de Fribourg, le bâtiment répond au label Minergie : récupération de l'eau de pluie, panneaux solaires et photovoltaïques, chauffage à bois interne. D'une surface de 960 mètres carrés, la salle de sport peut être scindée en deux. Le centre culturel, quant à lui, peut accueillir 287 places assises ou 550 debout. Il comprend également un foyer et une cuisine. Pour réaliser cette construction qui a coûté 8,5 millions de francs, les deux communes ont consenti à une augmentation d'impôt.

Un nouveau pavillon pour l’école enfantine de Courtepin – Wallenried

En septembre 2012, un pavillon scolaire pour l’école enfantine a été inauguré à Courtepin. Il donne l’envie d’aller à l’école : de grands espaces lumineux, de belles couleurs. Les enfants peuvent choisir de s’asseoir sur un siège bleu, rouge, jaune, orange. Le bâtiment accueille les 126 élèves (104 francophones et 22 germanophones)de l’école enfantine qui compte 6 classes pour l’année scolaire 2012 – 2013. L’immeuble comprend également une salle des maîtres pour les 45 enseignants ainsi qu’une salle d’accueil où a été aménagée une cuisine. Les travaux ont duré environ une année et le coût s’est élevé à 5,2 millions de francs, dont 435 000 francs pour refaire le chauffage de l’ensemble des bâtiments. C’est l’Atelier d’architectes D4 de Lausanne qui a conçu et réalisé ce magnifique projet. L’ensemble de l’école Courtepin – Wallenried accueille 500 élèves répartis dans cinq pavillons. La commune de Courtepin compte actuellement 3500 habitants.

L’usine Micarna à Courtepin

En 2003, l’usine de produits carnés a agrandi et rénové ses abattoirs et son centre de désossement. Le nouveau complexe (68,5 millions de francs) a été construit selon les normes européennes en matière d’hygiène et de protection des animaux. L’entreprise se profile comme l’un des poids lourds de l’industrie alimentaire suisse du siècle (650 employés). 400000 porcs arrivent chaque année aux abattoirs du site lacois.

Micarna et Optigal ont fusionné en 2006

Filiales de Migros, Micarna et Optigal ont fusionné au 1er janvier 2006. L'objectif est clair : réduire les coûts.

La fusion doit permettre d'instaurer des synergies en matière de marketing, personnel et formation, assurance de qualité, sécurité au travail, finances ou encore informatique. En 2005, Micarna employait 1478 collaborateurs et Optigal 449. Le chiffre d'affaires était de 654 millions de francs pour Micarna et 164 pour Optigal.

La population de Courtepin en l'an 2008

En novembre 2008, la commune de Courtepin a franchi le cap des 3000 habitants. Elle occupe le 4ème rang du district du Lac, après Morat, Chiètres et Cormondes. Plus de 1100 individus (37 %) sont d'origine étrangère. Un pourcentage qui est de loin le plus haut du canton, devant Romont (32 %). La moyenne cantonale avoisine les 17 %. Une cinquantaine de nationalités cohabitent dans le village. La bourgade du Haut-Lac doit cette particularité à la présence depuis 50 ans sur son sol de l'usine Micarna. A l'école, le total des élèves non suisses atteint des proportions encore plus importantes (40%). Courtepin est une commune bilingue (65 % de Romands et 35 % d'alémaniques). Le village lacois offre environ 1700 places de travail, dont 1200 à Micarna.

Le district du Lac par un collectif

Le Haut-Lac francophone (français).

Les communes de Barberêche, Courtaman, Courtepin, Cressier, Misery-Courtion, Villarepos et Wallenried forment le Haut-Lac français. Fin 1997, la population résidante permanente du Haut-Lac comprenait 5782 personnes. Un habitant sur cinq est de nationalité étrangère. Cela s’explique essentiellement par la présence de Micarna qui fait de Courtepin avec 35,2% et de Courtaman avec 25,5% des communes où la proportion d’étrangers est la plus forte de Suisse. Le Haut-Lac se situe sur la frontière des langues. En 1990, 64% des personnes se réclamaient de la langue française et 23,8% de la langue allemande. Pour 100 personnes de langue française, il y en avait 12 de langue allemande à Misery-Courtion, 26 à Villarepos, 31 à Courtepin, 40 à Barberêche, 67 à Cressier, 68 à Wallenried et 79 à Courtaman. Dans le Haut-Lac, lors du recensement de 1990, 75,6% des habitants se sont déclarés catholiques et 19,1% protestants. Les communes du Haut-Lac ont créé ensemble à Courtepin le Home Saint-François pour personnes âgées. En 1998, la Micarna (abattoirs, produits carnés) et Optigal (volailles) occupaient ensemble plus de 900 personnes.

Le district du Lac par un collectif

Une association pour sauver l’église de Wallenried

Intégrée dans la propriété du château qui, ces dernières années, a changé d’hôte, l’église de Wallenried témoigne aujourd’hui (en 2001) de l’usure des ans. La molasse de son clocher s’effrite tandis que les façades attendent un assainissement non moins urgent. Le caveau où reposent maints représentants de la famille de Castella a besoin d’être asséché. L’ensemble se révèle d’une qualité historique et artistique indéniable. Sa propriétaire, Sybille Thys de Castella, n’est pas en mesure de le restaurer. Le conseil paroissial a envisagé la création d’une association chargée de le préserver et de le mettre en valeur. Les fonds nécessaires à la restauration sont devisés à 500 000 fr.

L'église de Wallenried a été restaurée

L'église de Wallenried, qui était autrefois la chapelle du château, tombait en ruine. Monsieur Jean-Pierre Rossier, accompagné de quelques paroissiens, a créé une association pour la sauvegarde et la mise en valeur de l'édifice. Les fonds ont été trouvés. La restauration a pu commencer en 2002. La molasse est devenue resplendissante, les peintures intérieures ont été refaites, les vitraux ont été rénovés, un nouveau chauffage a été installé, les tableaux du chemin de croix ont été rafraîchis. Les travaux entrepris sous la direction de l'architecte Georges Rhally ont pris fin durant l'été 2007. Ils ont coûté 700 000 francs.

Les questions auxquelles on répond par oui ou par non sont rarement intéressantes.

Julien Green (1900 – 1998)

Ce qui probablement fausse tout dans la vie, c’est qu’on est convaincu qu’on dit la vérité parce qu’on dit ce qu’on pense.

Sacha Guitry (1885 – 1957)