Randonnées pédestres

167. Chexbres – Epesses – Rivaz

  • Durée: 0h02
  • Longueur: 8 km
  • Dénivelé: 275 m
  • Région: Lavaux
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le parking payant proche de la piscine, à gauche au milieu du village.
  2. Ce parcours est entièrement balisé. Suivez les indicateurs jaunes. Allez traverser le pont sur le Forestay et montez à droite, direction Le Signal, Epesses et Cully.
  3. Après 30 minutes, vous parvenez au grand hôtel du Signal (poste 1). Un peu plus loin, vous vous trouvez juste en dessus du vignoble de Marsens et de sa tour du même nom avant de parvenir au hameau de La Croix (poste 2). La vue est ici splendide en direction d'Epesses, Riez, Cully, Grandvaux, etc.
  4. Poursuivez la descente vers Epesses. Allez jusqu'au carrefour avec la route de 2ème classe (poste 3). Jolie place avec pressoir, arbres et bancs).
  5. Epesses est un beau village (jetez-y un coup d'œil puis revenez à cet endroit).
  6. Descendez par le petit passage à droite de la place puis empruntez le ravissant sentier des Vignes qui vous conduit au beau chemin bétonné.
  7. Dirigez-vous vers Rivaz. Le paysage est de toute beauté : les vignes en terrasse, les murs de pierre, le lac, les montagnes, le ciel. Vous traversez les vignes du Calamin (15 ha).
  8. C'est aussi le domaine du Dézaley. La ville de Lausanne possède là le Clos des Moines (poste 4) et le Clos des Abbayes qui produisent de grands crus.
  9. ~300 m avant Rivaz (poste 5), arrêtez-vous sur un promontoire (arbres, bancs, paysage fabuleux) avant de monter à gauche vers Chexbres. Admirez le torrent du Forestay avec ses chutes. Suivez le chemin de la Plantaz puis celui du Mur Blanc et vous arrivez au centre du village.

La région

Communes et fusions

Puidoux

2 863 habitants le 31.12.2016

Chexbres

2 253 habitants le 31.12.2016

Rivaz

358 habitants le 31.12.2016

Bourg-en-Lavaux

5 290 habitants le 31.12.2016

Communes ayant fusionné :

  • Cully
  • Grandvaux
  • Villette
  • Riex
  • Epesses

Lieux-dits

On ne dit pas Le Lavaux, mais en Lavaux ou Lavaux, sans déterminant. Lavaux pourrait signifier "la vallée". Pourtant, cette région n'est pas une vallée. Pour certains, ce serait un vallon situé au-dessus de Lutry qui aurait donné son nom à la région. Pour d'autres, Lavaux viendrait de "Vallis" et désignerait un "territoire administratif. "Vallem de Lustriaco" signifie territoire administratif de Lutry.

  • Grandvaux : sol graveleux (Gravas, Gravaux)
  • Chenaux : canal d'amenée d'eau au moulin, ou conduite de bois pour irrigation
  • Corseaux : (dérivé de cours). Il doit son nom à la forme allongée de son territoire
  • Villette : petit domaine agricole
  • Rivaz : de ripa : la rive
  • Epesses : bâti sur un endroit qui devait être recouvert de végétaux sauvages et d'arbustes à branches basses (latin : spissa ; fourré, massif épais et touffu)
  • Dézaley : pente escarpée recouverte de petits conifères, en particulier de sapins et aussi de fourrés et broussailles
  • Saint-Saphorin : (saint Symphorien). Martyr né et mort à Autun au 2ème siècle

La plupart des noms des autres localités viennent d'un nom propre d'origine gallo-romaine

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Les communes de Lavaux avant la fusion de 2011 (Lavaux, vignoble en terrasses)

Lutry, p. 168

8700 habitants. 842 ha. Petite ville située à l'est de l'embouchure de la Lutrive. Charnière entre Lavaux et l'agglomération lausannoise. Bourg médiéval : remparts, maisons fortes, et tour. Le hameau de Savuit avec son immense balance romaine fait partie de la commune de Lutry.

Villette, p. 169

600 habitants. 136 ha. Aran (petit hameau de Villette) accueille les autorités communales. Eglise (clocher octogonal) très connue.

Grandvaux, p. 170

2000 habitants. 295 ha. La maison du bailli Maillardoz construite en 1524 (immense toit). Concours de l'étiquette de vin "Grandvaux-Village de l'étiquette".

Cully, p. 171

1800 habitants. 238 ha. Chef-lieu du district de Lavaux. Siège de la préfecture. Ville du major Davel (1670 – 1723) qui voulut chasser les Bernois. Obélisque Davel proche de l'Arbre de la Liberté sur la place d'Armes. Cully Jazz Festival a lieu chaque année à la fin mars.

Riex, p. 172

300 habitants. 137 ha. Edifié sur les ruines d'une villa romaine. Tour de Gourze (925 m) sur le territoire de la commune, mentionnée déjà en 1279.

Epesses, p. 173

350 habitants. 158 ha. L'appellation "Epesses" comprend les localités d'Epesses, de Cully, de Puidoux et de Riex. Chaque année, championnats du monde de tracassets (trois roues, un guidon, et un pont arrière).

Puidoux, p. 174

2500 habitants. 2286 ha. Commune la plus étendue du district de Lavaux. Position dominante en bordure de la plaine du Forestay sur le versant occidental du Mont-Pèlerin. Située au partage des eaux entre le bassin du Rhin et celui du Rhône. La commune se partage le Dézaley avec Saint-Saphorin. Domaines prestigieux sur le territoire communal : Dézaley-Marsens, Clos-des-Moines (Dézaley d'Oron) et du Clos-des-Abbayes (Dézaley de la ville), propriétés de la ville de Lausanne. Chapelle réputée du 11ème siècle. Tour de Marsens du 12ème siècle construite sur l'impulsion de l'évêque de Lausanne.

Chexbres, p. 175

2100 habitants. 214 ha. Appelé le balcon du Léman. Le château de Crousaz construit en 1431 est l'un des plus anciens édifices du village. Administration communale logée dans un magnifique immeuble, la maison Wittenbach (18ème siècle). Domaine des Faverges situé sur le territoire de Chexbres.

Rivaz, p. 176

350 habitants. 32 ha. La plus petite commune (en superficie) du canton de Vaud. Cascade du Forestay (l'un des paysages les plus romantiques du Léman).

Saint-Saphorin, p. 177

350 habitants. 91 ha. Charme dû à ses maisons vigneronnes, à ses ruelles étroites et à son église construite en 1530 à l'emplacement d'un mausolée chrétien du 5ème siècle. Musée archéologique attenant à l'église. Château de Glérolles (donjon construit entre 1160 et 1200) qui fut une ancienne prison. Jean Villard-Gilles (1895 – 1982) a vécu à Saint-Saphorin de 1955 à 1982.

Chardonne, p. 178

2700 habitants. 1031 ha. Chardonne fait partie du district de Vevey. Son territoire englobe tout le Mont-Pèlerin (1081 m). L'ascenseur "Plein-Ciel" transporte les visiteurs à 1145 m d'altitude. Au bord de l'autoroute, une copie d'un petit temple attire les regards. Construit (transplanté et reconstruit) sur ce site par l'artiste Maurice Sandoz, fils du fondateur de produits chimiques du même nom, qui prévoyait d'en faire son tombeau.

Corseaux, p. 179

2100 habitants. 107 ha. L'une des plus petites communes (par sa superficie) du canton de Vaud. Construite en 1923 par Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, "La Petite Maison", appelée aussi "Villa Le Lac" se visite sur rendez-vous. Le funiculaire Vevey (Corseaux) – Chardonne – Mont-Pèlerin est la 2ème attraction touristique de Corseaux.

Corsier-sur-Vevey, p. 180

3200 habitants. 673 ha. Aux portes de Vevey, le domaine de la cure d'Attalens est l'un des fleurons du vignoble de la commune. Charlie Chaplin (1889 – 1977) a vécu au Manoir-de-Ban de 1953 à 1977. Cette demeure deviendra un musée sous le nom de "l'Espace Musée Charlie Chaplin".

Jongny, p. 181

1400 habitants. 216 ha. Sur les pentes orientales du Mont-Pèlerin. Une cloche de 1504, classée monument historique, appelle les enfants à l'école.

Petit résumé historique du livre « LAVAUX,vignoble en terrasses »

Depuis 2007, Lavaux figure au patrimoine mondial de l'UNESCO. L'ensemble formé par le coteau viticole de Lavaux, le lac et la chaîne des Alpes, visible d'un même regard, compose un paysage d'une exceptionnelle beauté. Plus de mille bâtiments de Lavaux sont protégés. La plupart des localités figurent au patrimoine national. De grandes maisons vigneronnes sont implantées en dehors des localités : le Clos-des-Moines, le Clos-des-Abbayes et la tour de Marsens dans le Dézaley, la maison des Faverges et celle du Burignon en dessus de Saint-Saphorin, le château de Glérolles entre Rivaz et Saint-Saphorin.

Le risque le plus important pour Lavaux se situe dans une éventuelle dégradation de son économie viticole, laquelle entraînerait une avancée de l'urbanisation au détriment des terrains voués à la vigne. Le vignoble est implanté sur des pentes parmi les plus escarpées de tous les terroirs viticoles du monde, grâce à des terrasses (charmus) qui s'intègrent à la géologie particulière des lieux. Il a fallu construire des murs qui descendent jusqu'au lac et qui permettent de maîtriser la déclivité, de réduire la pente parfois abrupte du terrain et, par conséquent, de freiner la vitesse d'écoulement des eaux de surface et de retenir la terre.

Qui est à l'origine de ces travaux gigantesques? Ce sont les moines. Au Moyen Age, ce territoire appartenait aux évêques successifs de Lausanne. Ils ont fait venir de Bourgogne des moines pour implanter la vigne sur ces coteaux abrupts. Les moines se sont mis à construire des murs. Les évêques de Lausanne octroient des zones précises aux couvents naissants des cisterciens d'Hauterive (vers 1138), de Hautcrêt (1141) et de Montheron (1142). Ils encouragent les moines prémontrés d'Humilimont (vers 1148)à s'installer à Dézaley-Marsens, Ogoz, Rueyres et Burignon. Cette forte présence des moines va donner une dynamique extraordinaire à l'essartage et au terrassement de la région de Lavaux. Pour améliorer ses revenus, le vigneron-tâcheron doit être un paysan qui a du bétail et qui tire profit des zones boisées et à pâture sur les hauts de Lavaux.

En 1536, les Bernois s'emparent du pays de Vaud. Grâce aux bonnes relations entre Fribourg et Berne, les couvents fribourgeois conservent leurs propriétés. En 1848, le Grand-Conseil fribourgeois supprime le monastère d'Hauterive. Les vignes qui lui appartiennent reviennent à l'Etat de Fribourg. Les vignes d'Ogoz deviennent propriété du Collège St-Michel.

En 1851, le mildiou attaque la vigne. L'oïdium fait son apparition en 1880. En 1886, le phylloxéra, un redoutable puceron, arrive d'Amérique. Dès lors, il faut observer la vigne et la sulfater. La polyculture a vécu. Les derniers vergers disparaissent progressivement des domaines viticoles, alors que les porcs, les vaches et les moutons s'éclipsent des villages vignerons. Le vigneron qui doit soigner sa vigne n'a plus le temps de s'occuper du bétail.

Peu à peu, vignes et prés sont grignotés par l'urbanisation en marche. Le prix des terrains s'envole. En 1977, Franz Waeber lance son intiative pour sauver Lavaux. Dans les années 1970, la construction de l'autoroute entraîne un remaniement parcellaire d'envergure.

Le principal cépage de Lavaux est le chasselas. Il nous vient de France où ce raisin fut produit en grand dès 1750. D'autres cépages, notamment des rouges, sont aussi cultivés à Lavaux. Parmi eux, le pinot noir, le gamay, le gamaret, le garanoir et le merlot.

Les soleils de Lavaux

Lavaux est comblé : trois soleils l'illuminent. Le soleil d'en-haut est ardent et généreux. Le soleil d'en-bas est réfléchi par le miroir du lac. Le soleil des vieux murs de pierre restitute pendant la nuit sa chaleur accumulée pendant le jour. En Lavaux, le soleil est surnommé Jean Rosset.

Sur Grandvaux

Hugo Pratt (Rimini 1927 – Pully 1995) a habité plus de 10 ans sur les hauts de la commune. Ce grand dessinateur italien de bandes dessinées est l'auteur de la série d'aventures "Corto Maltese". Une sculpture du héros attire le regard sur la place portant le nom de l'artiste.

Si vous descendez le chemin du Four, vous arriverez à une terrasse qui donne accès à la Grande Salle. Dans un angle de la terrasse, la Sirène, une très belle œuvre du sculpteur Hanjörg Gisiger suscite l'admiration des visiteurs.

Une balade à travers le village, comportant de nombreux postes avec panneaux informatifs, comble la curiosité des visiteurs.

Chaque année, Grandvaux, Village de l’étiquette, organise un concours qui désigne le créateur de la plus belle étiquette.

Dis ton secret à ton serviteur et tu en auras fait ton maître.

On n’est pas vieux tant que l’on cherche.

Edmond Rostand