Randonnées pédestres

30. La Joux – La Magne

  • Durée: 2h20
  • Longueur: 8.57 km
  • Dénivelé: 148 m
  • Régions: La Glâne , La Gruyère
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le grand parking proche de l'église , mais sur le côté droit de la rte, si vous venez de Romont.
  2. Traversez la route pour suivre le chemin qui part au nord-est de l'église. A la 1ère bifurcation, allez à gauche (Rte de Montborget).
  3. Juste après Montborget, franchissez prudemment la route de 1ère classe et empruntez un petit chemin qui la longe sur ~100 m (direction Bulle) avant de s'en aller vers le nord-est.
  4. Vous arrivez au carrefour du pt 804 (poste 1). Vous êtes au bord de la Neirigue, près des Moulenets.
  5. Continuez vers la gauche (rte de 3ème classe).
  6. Le poste 2 se trouve au carrefour du pt 802, près de la Neirigue (rivière).
  7. Poursuivez vers le nord jusqu'à la ligne de chemin de fer (~250 m). Vous êtes au poste 3 (passage à niveau au pt 809).
  8. Engagez-vous sur le sentier en terre battue ou légèrement gravelé qui longe la voie ferrée.
  9. Ce sentier débouche sur une route goudronnée de 3ème classe qui vous amène à Mouna (poste 4 au carrefour du pt 804, près de la chapelle).
  10. Direction sud-ouest, allez vers le poste 5 (car. avec la route de 1ère classe, près du Raffort).
  11. Traversez prudemment cette route et cheminez sur ~150 m en direction de Bulle.
  12. Obliquez à droite (Rte pour La Magne).
  13. A la 1ère bifurcation, restez à droite. A la 2ème, obliquez à gauche (Rte de La Magne).
  14. Le poste 6 est à Le Clos, pt 850. C'est la laiterie-fromagerie. Elle jouxte une grande ferme.
  15. Passez à gauche des immeubles pour trouver le sentier qui descend vers le ruisseau. Ne suivez pas celui qui s'en va à droite. Il est sans issue.
  16. Un petit pont de pierre enjambe le ruisseau des Grands Marais. Allez-y. Dirigez-vous ensuite vers le petit hameau à gauche et rentrez au parking par le chemin du Moulin.

La région

Communes et fusions

Vuisternens-devant-Romont

2 271 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

  • Vuisternens-devant-Romont
  • Les Ecasseys
  • Estévenens
  • La Joux
  • Lieffrens
  • La Magne
  • Sommentier
  • Villariaz
  • La Neirigue
Sâles

1 446 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

  • Sâles
  • Maules
  • Romanens
  • Rueyres-Treyfayes

Lieux-dits

  • Les Pralies : ensemble de prés
  • Sapaley : forêt ou plantation de sapins
  • Le Closel : petit pré mis à clos, le plus souvent près du village
  • La Planchette : terrain plat ou de faible pente, de forme régulière, plus long que large ; terre de bonne qualité, prés gras ; généralement situé près de la maison
  • Eterpis : terrain défriché ; souvent au pluriel
  • La Roseire : endroit marécageux avec beaucoup de roseaux
  • Les Noutes : endroit marécageux, fondrière
  • Le Raffort : four à chaux ; le calcaire calciné donne la chaux vive, très employée dans la construction
  • Le Pâquier : pâturage, à l’origine communal
  • Le Peni : forêt de pins, éventuellement de sapins
  • La Joux : terme très ancien désignant les forêts, principalement de montagne
  • Rueyres : chêne rouvre ou sessile, plus trapu et ramifié que le chêne pédonculé ; les glands sont fixés tout près des rameaux

Bossard & Chavan, Nos lieux-dits, Cabédita

L’église de La Joux

Patron : saint Jean-Baptiste. Une première chapelle a été consacrée en 1735. De 1840 à 1843, le choeur fut reconstruit à neuf. La Joux fit, à cette occasion, l’acquisition du bel autel sculpté de Vuisternens, la paroisse-mère. En 1886, La Joux fut érigé en paroisse indépendante. L’église actuelle de La Joux a été consacrée en 1913. Elle est la seule de son genre, du moins dans la partie romande du canton. Les plans sont de M. H.B. von Fischer,architecte à Berne. L’extérieur est en pierre de taille grise, avec, à l’entrée, un clocher majestueux, très élancé, flanqué de deux tourelles ainsi que de puissants contreforts qui servent d’encadrement à la porte. L’intérieur est à trois nefs. Les chapiteaux corinthiens, fortement saillants, sont en pierre blanche. L’autel provenant de Vuisternens est placé dans la chapelle de gauche. La moitié supérieure est de 1690 et porte un nom : Jean-Jacques Meyer. On y voit, tout en haut, saint Georges terrassant le dragon et sur les côtés, deux évêques : saint Grat et saint Claude. Un peu plus bas, se trouvent saint Pierre à gauche et saint Paul à droite. Au milieu, l’artiste a représenté la Nativité de Marie, patronne de Vuisternens. Entre saint Joachim et sainte Anne agenouillés, l’enfant est couché dans un berceau fribourgeois. Latéralement, on voit, encadrés de colonnes torses, à gauche saint Jacques et à droite saint Jean-Baptiste. Le tabernacle avec toute la partie inférieure du retable est de la deuxième moitié du 18ème siècle : c’est l’oeuvre du sculpteur Joseph Deillon de La Joux.

La chapelle de Mouna

Elle a été fondée vers 1610 par un moine d’Hauterive, Dom Pierre Pittet, qui l’a dédiée à la Vierge sous le vocable de la Visitation. Elle fut, après la mort du donateur, terminée par ses parents et amis et consacrée à saint Pierre.

La Joux : une fromagerie d'avant-garde

Les caves de la fromagerie de La Joux ont été agrandies en l'an 2000. Leur capacité a triplé. Elle est passée de 1600 à 4800 places. En 2005, la fromagerie a été entièrement rénovée. Elle s'est dotée de trois cuves de 5000 l, qui lui permettent de fabriquer 250 tonnes de gruyère par année, soit 16 à 30 meules par jour. Ces cuves sont ovales, une forme qui permet aux brasseurs de s'entrecroiser. La société de laiterie a opté pour une presse à étage. Les lavages ont été automatisés. Ces deux transformations ont coûté 2,7 millions de francs au total.

Là où ne va pas le soleil, va le médecin.

L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître.

Alexandre Dumas fils