Randonnées pédestres

34. Le sentier agro-sylvicole de l’Intyamon

  • Durée: 4h15
  • Longueur: 13.5 km
  • Dénivelé: 240 m
  • Région: La Gruyère
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Ce parcours est entièrement balisé, donc facile à suivre. Il faut compter trois heures et demie sans les arrêts. Comme il y a des choses intéressantes à voir (les panneaux explicatifs du sentier agro-sylvicole, des maisons superbes à Grandvillard, la grotte et la cascade, la chapelle du Bu, l'église et la fontaine de Lessoc, les ponts entre Lessoc et Montbovon, l'ancienne auberge de la Croix-Blanche à Montbovon), il vaut la peine d'y consacrer 4 heures.
  2. Garez votre voiture dans le petit parking de la halte d'Estavannens.
  3. Marchez ~150 m au bord de la route en direction d'Enney, puis empruntez la route d'Estavannens jusqu'au pont sur la Sarine (poste 1).
  4. Poursuivez sur le sentier balisé le long de la Sarine. Au bout d'~500 m, il ne faut pas aller à gauche, mais continuer tout droit.
  5. Après 1,5 km, quittez le sentier ombragé pour marcher en lisière (~300 m) avant de monter à gauche vers ce grand talus (conséquence des extractions de gravier).
  6. Rejoignez la route Estavannens – Grandvillard et poursuivez vers la droite.
  7. Passez devant le stand de tir de Grandvillard (poste 2).
  8. Les personnes qui n'aiment pas les chemins goudronnés peuvent éviter cette route en suivant le chemin gravelé au pied de cet immense talus. Il rejoint la route à l'entrée de Grandvillard.
  9. Grandvillard (poste 3 à l'église) est un grand village aux multiples ruelles. Montez vers la grotte, au pied de la montagne. Vous verrez au passage de très belles maisons décrites sur de petits panneaux.
  10. Un chemin gravelé (ou terre battue) vous emmène à la chapelle du Bu (poste 4).
  11. Lessoc est à ~1,5 km de la chapelle.
  12. Lorsque vous aurez visité l'église et la célèbre fontaine (poste 5), prenez, en face du restaurant, le chemin qui part à gauche.
  13. Au 1er carrefour, allez à droite. Ce chemin vous conduit au pont couvert (site magnifique).
  14. ~100 m après ce pont, bifurquez à gauche. Vous parviendrez au pont de pierre construit en 1574.
  15. Continuez et longez le lac par la droite.
  16. Vous arrivez près de l'usine électrique (poste 6).
  17. Dirigez-vous vers la gare (arrivée). Admirez au 1er virage à gauche la splendide façade de l'ancienne auberge de la Croix-Blanche.
  18. Prenez un billet pour la halte d' Estavannens où vous attend votre voiture.

Ref. carte: Rochers de Naye 1 : 50 000

La région

Communes et fusions

Bas-Intyamon

1 324 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

  • Enney
  • Estavannens
  • Villars-sous-Mont
Haut-Intyamon

1 541 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

  • Albeuve
  • Lessoc
  • Montbovon
  • Neirivue
Grandvillard

812 habitants le 01.01.2017

Lieux-dits

  • Neirivue : eau noire
  • *Albeuve * : eau blanche
  • Bu : cavité dans un rocher
  • Comba : combe, petit vallon
  • Les Sciernes : forêt défrichée
  • Afflon : près de la rivière (ad flumen)

Bossard & Chavan, Nos lieux-dits, Cabédita

Rivières

La Marive a ses sources entre Teysachaux et la Dent de Lys (dans le voisinage du col de Belle Chaux). Elle a creusé les fameuses gorges de l’Evi. Elle se déverse dans la Sarine près d’Albeuve.

Le Torrent descend de la chaîne du Vanil Noir pour se jeter dans le lac de Lessoc non loin de la localité du même nom. Les alluvions qu’il charrie ont formé un magnifique cône de déjection près de ce village.

La Taouna dévale les pentes de la chaîne du Vanil Noir. Elle devient cascade à Grandvillard avant d’aller se perdre dans la Sarine.

La Sarine prend naissance au col du Sanetsch en Valais. Elle pénètre très vite dans le canton de Berne. Elle passe près de Gstaad. Elle coule ensuite dans le Pays-d’Enhaut (région de Château-d’Oex). Elle entre dans le canton de Fribourg juste avant Montbovon. Elle alimente le lac de Lessoc puis traverse l’Intyamon. Après Broc, elle devient le lac de la Gruyère. Elle décrit quelques méandres dans la vieille ville de Fribourg avant de former un nouveau lac : celui de Schiffenen. Elle se jette dans l’Aar à 4 km à l’est de Chiètres. Ses principaux affluents sont l’Hongrin, la Trême, la Jogne, la Sionge, la Glâne, la Gérine, la Sonna et la Singine.

L’église de Lessoc

Patron : saint Martin. L’ancien sanctuaire (14ème siècle) subsista jusqu’en 1627. L’église actuelle fut consacrée en 1635. La paroisse de Lessoc a été séparée de celle de Grandvillard en 1643-44. Plusieurs objets qui se trouvaient dans l’ancienne chapelle du 14ème siècle ont été conservés. Le plus ancien de ces objets est une petite cloche datant du 14ème siècle. Un crucifix remontant au 15ème siècle est la sculpture la plus ancienne de la paroisse. Ce crucifix a été restauré en 1994 et placé au-dessus de l’arc triomphal. Dans le courant du 19ème siècle, l’intérieur de l’église a été métamorphosé. Au moyen d’un décor de plâtre et au profit d’un mobilier de marbre, l’aménagement en bois a été presque entièrement caché ou détruit. En 1993-94, la paroisse entreprit la restauration intérieure de l’église. Elle confia la direction des travaux à l’architecte Roland Charrière de Bulle. Le principal artisan de la restauration de la voûte a été le menuisier et sculpteur Nicolas Cosandey. Le sol de l’église a été rénové en pierre de Lessoc. Trente tonnes de pierre ont été extraites de la carrière située sur les hauts du village. La voûte en berceau de Lessoc est absolument unique ; elle est classée d’importance nationale. La porte d’entrée en chêne, à deux vantaux et un guichet, est une pièce maîtresse de style Louis XV (1627) exécutée par Jean-Louis Castella d’Albeuve. Le panneau supérieur de la porte guichet présente les insignes épiscopaux de saint Martin et le panneau inférieur nous montre un soc de charrue dressé (armoiries de la commune). L’ancien maître-autel et les 2 autels latéraux (celui du Rosaire et celui de Saint-Laurent sont en marbre et ont été exécutés en 1867 par l’atelier Doret de Vevey.Lors de la restauration de 1993-94, il fut décidé de placer un nouveau maître-autel et un nouvel ambon en bronze. On fit appel à l’un des meilleurs artistes contemporains, le sulpteur Georges Jeanclos, premier grand prix de Rome en sculpture 1960. Seule la face antérieure de l’autel comporte une scène figurée expressive. Le thème retenu est le sacrifice d’Isaac, préfiguration du sacrifice du Christ (partie gauche). La partie droite nous montre le baptême du Christ : saint Jean-Baptiste versant de l’eau sur la tête de Jésus. Dans un paysage où la mer les sépare et la terre les unit, dans le ciel, la main de l’ange surgit pour arrêter le sacrifice. Vers le sommet du panneau, le feuillage des arbres dessine un grand arc, qui marque le passage de l’Ancien au Nouveau Testament. La juxtaposition des quatre éléments de la Création - la terre, l’eau, l’air et le feu- confère à l’ensemble une dimension cosmique. La face antérieure de l’ambon est souvent ornée du symbole des Evangélistes : l’homme (St-Matthieu), le lion (St-Marc), le taureau (St-Luc), l’aigle (St-Jean). Ces quatre êtres représentent symboliquement le Christ. Le Christ fut homme par sa naissance, victime (taureau) par son sacrifice, lion par sa résurrection ; il fut oiseau par son ascension. A Lessoc, c’est St-Matthieu (l’homme) qui est représenté, avec l’ange qui lui parle. La réalisation en bronze a vu le jour en 1995, à Rancate, dans l’atelier de fondeurs tessinois. Le tableau à gauche dans la nef est l’oeuvre (1994) de Jean-Michel Bouchardy (né en 1931) professeur émérite des Beaux-Arts de Genève. Le tableau représente le Rosaire : à gauche, dans un rayon de lumière, l’ange Gabriel fait face à la Vierge, c’est le “mystère joyeux de l’annonciation”. Au centre, la Pietà, Marie tient dans ses bras son fils mort, “mystère douloureux”. A droite : le couronnement de Marie, dans la gloire du Christ ressuscité, “mystère glorieux”. Chaque scène est entourée de 50 personnages en prière, les “orants”, figurant les 150 Ave Maria qui constituent la prière du Rosaire.

L’usine électrique de Grandvillard

Sainte-Anne Energie SA a inauguré sa centrale hydroélectrique le 19 juin 1999. Elle est située en aval de la cascade, sur la rive droite du ruisseau La Taouna, près de l’oratoire dédié à sainte Anne. Près de 4000 habitants, essentiellement de l’Intyamon, profiteront de cette énergie. Le projet, dirigé par le bureau d’ingénieurs Bernard Muller SA, a coûté 7,6 millions. En majeure partie enterrée, la centrale s’intègre dans le paysage.

Le pont couvert de Lessoc

D’une portée de 14 mètres entre les deux rives, le pont de bois couvert de Lessoc/Montbovon possède une toiture à pans coupés couverte de bardeaux, refaite une première fois en 1767 puis en 1956 encore. Bâti en 1667, il est l’un des plus anciens ponts de bois couverts dans notre canton.

Une nouvelle passerelle à Grandvillard

En novembre 2006, une nouvelle passerelle a été installée sur la Tâna à Grandvillard. En bois et couverte, elle remplace celle de métal que la crue de l'été 2005 avait emportée. Elle a été réalisée par neuf apprentis charpentiers issus de trois entreprises de l'Intyamon. Un apprenti ferblantier a également participé à sa construction. D'une largeur de 2 m et d'une hauteur de 3,3 m , elle pèse environ 8 tonnes et a une portée de 13 m. Faite en bois indigène, avec 16 mètres cubes d'épicéa et 3 mètres cubes de mélèze, elle a coûté 60 000 francs.

La nouvelle école d’Estavannens

A la fin août 2012, la nouvelle école de Bas-Intyamon a été inaugurée à Estavannens. Elle est l’œuvre du bureau d’architecture RB.CH. Semi-enterré, le nouveau bâtiment est relié à l’ancienne école de 1909 par un passage en sous-sol. Cette réalisation, qui conjugue le passé et le présent, aura coûté 6,5 millions de francs à la commune de Bas-Intyamon. Toutes les classes de la commune sont maintenant rassemblées sur un seul site.

Découvertes archéologiques

Enney, Age du bronze (de -2000 à -800)

Sur la cime du Mont d'Afflon, au-dessus d'Enney, on a trouvé trois torques (colliers) en bronze.

Le sentier agro-sylvicole de l’Intyamon

Le sentier agro-sylvicole de l’Intyamon a été inauguré le 14 mai 1994. C’est le premier jalon d’un ambitieux programme de communication entre agriculteurs et population. Un groupe de coordination a été créé : le Mouvement agricole de l’Intyamon (MAI). L’agriculture, dans l’Intyamon, ce sont 82 exploitations, 7 millions de kg de lait transformés en gruyère, vacherin et crème dans les fromageries de Montbovon, Grandvillard et Pringy. C’est aussi 30 tonnes de gruyère d’alpage produits dans 8 chaudières, 100 troupeaux de vaches, et 150 de génisses à l’alpage, 250 bâtiments agricoles, 300 chalets d’alpage, 1400 ha de prairies naturelles. Le sentier agro-sylvicole permet de découvrir une vallée aux paysages uniques, de traverser des villages au riche patrimoine architectural, de comprendre, par des panneaux explicatifs, le métier de paysan de montagne tel qu’il se pratique aujourd’hui, d’identifier 65 essences forestières et fruitières, de mieux connaître l’apiculture, de déguster les produits de la vallée et de dialoguer avec les paysans.

Le sentier historique de Grandvillard

Le parcours-découverte de Grandvillard a été inauguré en octobre 2004. Quatorze maisons de différentes époques ont été mises en valeur pour rappeler l’héritage culturel de l’activité fromagère d’autrefois. Trois périodes se démarquent dans l’histoire de l’architecture rurale de Grandvillard. La première moitié du 17ème siècle, entre 1620 et 1680, représente l’âge d’or. De nombreux commerçants de la région se sont enrichis dans le commerce du fromage et ont bâti des demeures magnifiques, la plupart en pierre. La deuxième période, située au 18ème siècle, voit l’apparition de bâtisses en bois caractérisées par leurs décorations sur les linteaux. La troisième période est celle du 19ème siècle, où apparaissent les grandes maisons carrées. La " maison des comtes ", datant de 1590, avec ses accolades gothiques, est le plus ancien bâtiment du village.

Lessoc retrouve sa fontaine couverte

En septembre 2013, après un an de travaux, l’emblématique fontaine de Lessoc a terminé sa cure de jouvence. Datant de 1796, elle fait partie du patrimoine de Haut-Intyamon. De forme octogonale et couverte d’un somptueux dôme à huit pans, elle est une rareté dans le canton de Fribourg. Ce toit en forme de bulbe se retrouve plutôt dans l’architecture sacrée, notamment dans la chapelle du Buth, toute proche. En 1809, un riche citoyen, Louis de Zurich, émigré à Lyon, aurait offert cette couverture. Les pierres utilisées pour colmater les brèches proviennent de l’ancienne carrière de Lessoc, située à quelques mètres en amont. Un calcaire ligné de vert-bleu, déjà employé deux cents ans plus tôt. La toiture a subi un microsablage. De quoi lui redonner sa couleur métallique et cuivrée. En tout, le montant des travaux s’élève à 80 000 francs.

Souvent femme varie

Bien fol est qui s’y fie!

Une femme souvent

N’est qu’une plume au vent.

Victor Hugo

C’est une grande misère que de n’avoir pas assez d’esprit pour bien parler,

ni assez de jugement pour se taire.

Jean de La Bruyère