Randonnées pédestres

40. Cournillens – Misery

  • Durée: 3h00
  • Longueur: 12.18 km
  • Dénivelé: 210 m
  • Régions: La Sarine , Le Lac
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le parking de l'auberge de la Charrue à Cournillens.
  2. Le chemin pour Cutterwil est là, direction sud-ouest.
  3. Au petit carrefour du pt 612, après Les Goilles, montez à gauche vers le bois de Cudré. Restez près de la lisière, à droite. Le poste 1 est au car., près de la petite construction, pt 646
  4. Poursuivez votre chemin vers l'ouest pour parvenir à Cutterwil (poste 2 au carrefour du pt 633). Il est vraiment conseillé d’emprunter le magnifique sentier dans le bois du Fossé, même s’il rallonge la randonnée de quelques minutes.
  5. Descendez à droite vers le nord (poste 3 au carrefour du pt 614).
  6. Allez contourner par la droite le petit bois sans nom (très bon chemin gravelé). Le poste 4 est en lisière, au bord de la route Belfaux – Misery.
  7. Traversez-la pour suivre un sentier herbeux ou en terre battue qui vous emmènera au terrain de foot de Grolley.
  8. L'église de Grolley (poste 6) est proche.
  9. Après l'église, empruntez le trottoir le long de la route de 1ère classe jusqu'au pt 609.
  10. Là, obliquez à droite, direction Payerne, jusqu'au 2ème pt 609.
  11. A cet endroit, quittez la grand-route et dirigez-vous encore à droite (Rte de la Broye).
  12. Ce chemin vous conduit à Guéravet.
  13. A la sortie du hameau (poste 6 au car.), partez à droite, en pleine campagne, sur un chemin gravelé. Vous parvenez à l'entrée du village de Corsalettes.
  14. Prenez le 1er chemin à droite. Il vous fera passer à Le Sablon, à l'entrée d'une gorge sauvage et pittoresque,jusqu'à Misery. Le poste 7 se trouve après la dernière maison de Le Sablon, sur le ch., en lisière. A la sortie de la gorge, au carrefour avant de sortir du bois, vous serez au poste 8.
  15. Découvrez Misery(chapelle du 15ème siècle, greniers, manoir du 15ème siècle). Au giratoire, au milieu du village, vous trouverez le poste 9.
  16. Si le cœur vous en dit, montez encore à Courtion (greniers, château, église). Le poste 10 est à l'église.

Remarque

Comme il n'y a pas de petit chemin pour rentrer à Cournillens, prenez le bus ou une voiture que vous aurez amenée préalablement à Misery, dans le parking de la grande salle, près du giratoire. Il faut donc deux véhicules.

La région

Communes et fusions

Misery-Courtion

1385 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné (1997) :

  • Cournillens
  • Courtion
  • Misery
  • Cormérod
Grolley

1609 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné (2000) :

  • Grolley
  • Corsalettes

Lieux-dits

  • Montilier : petit mont
  • Les Goilles : dépression pleine d’eau, flaque
  • L’Epena : arbustes à épines, tels prunelliers sauvages, ronces et autres ; endroits où abondent ces buissons
  • Le Sablon : terre sablonneuse
  • Le Grabou : pente pierreuse se terminant par un ravin
  • La Bioleyre : bosquet ou ensemble de bouleaux
  • L’essert : terrain défriché, très généralement en communauté

Bossard & Chavan, Nos lieux-dits, Cabédita

L’église de Courtion

Patron : saint Marcel, pape. Une chapelle de St-Marcel existait à Courtion déjà vers l’an 1000. Une église la remplaça deux siècles plus tard. En 1730, on la transforma complètement. En 1886, elle fut l’objet d’une nouvelle rénovation. Dans son aspect actuel, l’église de Courtion est une imitation du style dit de transition, c’est-à-dire du passage du roman au gothique. Les piliers sont assez bas, les chapiteaux plantureux. Le maître-autel est celui de l’ancien sanctuaire. Fernand Dumas et son fils Pierre ont dirigé une nouvelle rénovation de l’édifice.

La chapelle de Cournillens

Vers l’an 1000, Cournillens possédait déjà une chapelle en l’honneur de saint Léger. Elle fut reconstruite au cours des années 1466 et suivantes puis restaurée en 1682. La chapelle de Cournillens, avec ses deux contreforts placés de manière inégale et son toit à deux étages, est bien le type des anciennes églises de chez nous. Elle a été entièrement rafraîchie en 1950. On s’y rend en pèlerinage pour se faire bénir les yeux.

La chapelle de Misery

Elle est dédiée à saint Sébastien et saint Jacques. Elle date de 1482. Par sa façade et son fronton Renaissance, elle diffère du style auquel les autres nous ont habitués. Elle a été restaurée en 1957. Elle possède, au-dessus de l’autel, un tableau de sainte Marie-Madeleine au Calvaire.

La fresque du château de Misery

Le château de Misery abrite une fresque d’une très grande valeur. Baptisée " Cycle des neufs preux ", l’œuvre remonte vraisemblablement à 1478. Cette peinture mesure 4,8 m sur 2,8. Jusqu’au milieu du 20ème siècle, le château servait de maison des pauvres. Il aurait dû être démoli. La bâtisse a survécu grâce à son rachat en 1957 par le peintre Raymond Meuwly.

Grolley : une oeuvre d’art sur la place du village

Une sculpture de Jean-Jacques Hofstetter a été inaugurée à Grolley en octobre 2000. Elle orne une place située devant un bâtiment ancien qui fut tour à tour auberge, école puis bureau communal.

Courtion : le tableau de saint Antoine a été rénové

Le tableau peint il y a cent soixante ans par le Valaisan Emmanuel Chapelet pour la chapelle de Cormérod a été restauré en 2004. Il représente saint Antoine, accompagné de son inséparable cochon. Ce saint, retiré très jeune dans le désert et suivi toute sa vie par la tentation, est considéré comme le père des ermites. La toile d’Emmanuel Chapelet est visible dans le hall de la salle paroissiale de Courtion. La rénovation a coûté quelque 14 000 francs.

Courtion : un nouveau centre scolaire et paroissial

La paroisse de Courtion et la commune de Misery-Courtion ont décidé en novembre 1999 de construire un centre scolaire et paroissial. Il sera situé près de l’église de Courtion. Le coût global est estimé à 3,4 millions de francs. Le rez-de-chaussée inférieur sera réservé à la paroisse, avec une grande salle et quelques locaux annexes. L’école occupera le premier étage. Toutes les classes primaires du cercle pourront être rassemblées à Courtion.

Le home-atelier " La Colombière " à Misery

Le 1er novembre 1984, le foyer " La Colombière " ouvre ses porte à Givisiez pour y accueillir 16 résidants. Faute de place, le foyer déménage à Misery en 2001 dans des locaux neufs. Composé de quatre pavillons, le nouveau bâtiment héberge désormais 28 résidants et quatre externes. Quarante-huit personnes s’occupent des pensionnaires tout au long de la journée. Des médecins, des physiothérapeutes et des logopédistes viennent appuyer le travail éducatif. Tous les types d’handicaps sont mélangés. Tout est conçu pour que chacun se sente comme chez lui. Les résidants disposent tous d’une chambre individuelle, décorée à leurs goûts.

Le foyer La Colombière à Misery a fêté ses 25 ans

Le foyer La Colombière à Misery, qui accueille des personnes handicapées mentales et infirmes moteur cérébral (IMC), a fêté son 25ème anniversaire en septembre 2009. L'institution a profité de l'événement pour inaugurer un pavillon supplémentaire flambant neuf. Il est comparable à une maison familiale. Il comprend des chambres, une salle de bain, des toilettes, un salon, une cuisine et une salle à manger. Il a coûté 1,3 mio de francs. A ce jour, La Colombière compte 35 résidants internes et 7 externes, répartis dans 5 pavillons. Elle est gérée par la Fondation fribourgeoise en faveur des handicapés mentaux et IMC adultes. Elle dirige encore deux autres institutions similaires : le home Linde à Tinterin (60 résidants et 8 externes) et la villa Linde à Ependes (5 personnes). Monsieur Benjamin Brülhart est à la tête de ces trois structures. Sa philosophie consiste à faire abstraction des handicaps. La qualité du cœur et des relations prime dans la prise en charge des personnes. Si le résidant se sent aimé, les objectifs sont plus facilement réalisables.

Découvertes archéologiques

Misery, Epoque romaine (de 0 à 400)

On a trouvé dans ce village les ruines d’une maison romaine. Misery vient du nom propre “ Macerius “.

Misery, Haut Moyen Age (de 400 à 800)

On a découvert, dans les ruines d’une villa romaine, quelques tombes avec des boucles de ceinture en fer avec des plaques rondes et rectangulaires.

Cormérod, Epoque romaine (de 0 à 400)

Une magnifique mosaïque romaine a été découverte en 1830 à Cormérod. Elle représente Thésée et le minotaure dans le Labyrinthe. On peut l’admirer à l’Université de Fribourg.

Parler de ce qu’on ne connaît pas, c’est vouloir jouer aux échecs sans échiquier.

Les sanglots longs

Des violons

De l’automne

Blessent mon coeur

D’une langueur

Monotone.

Paul Verlaine