Randonnées pédestres

5. Echarlens – Vuippens

  • Durée: 2h25
  • Longueur: 8 km
  • Dénivelé: 180 m
  • Région: La Gruyère
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le parking du restaurant d'Echarlens.
  2. Prenez le chemin de Champotey sur ~400 m, puis descendez à gauche vers les deux églises.
  3. Poursuivez vers le nord-ouest, direction Marsens, sur la route de 2ème classe, jusqu'au pont sur la Sionge (poste 3).
  4. Empruntez le petit sentier pour Vuippens, à droite juste après le pont.
  5. Admirez les deux châteaux et le four banal de ce village, puis prenez le chemin pour Le Signal (poste 5). Vous êtes passés par le poste 4 (nouveau pont sur la Sionge).
  6. A Le Signal, suivez le chemin de droite jusqu'à une ferme (~500 m).
  7. Passez entre la villa et la grange pour monter vers la forêt.
  8. Vous parvenez à un carrefour (poste 6) proche de la lisière à Sur le Mont.
  9. Continuez tout droit jusqu'au carrefour suivant à Joux d’Everdes (poste 7).
  10. Poursuivez à droite sur ce beau chemin jusqu'à l'extrémité de la forêt (poste 8). Très belle vue ici.
  11. Vous revenez sur vos pas jusqu'à un carrefour.
  12. Près de ce carrefour, il y a trois sentiers qui montent vers le sommet de la colline. Tournés vers le sommet, choisissez celui qui est 30 m à gauche et qui vous amènera dans le secteur des ruines du château d'Everdes (poste 9). Essayez de les trouver : un mur caché dans des fourrés.
  13. En route pour le hameau de Champotey (sentier de gauche proche de la lisière) et son ancienne petite chapelle adossée à une ferme de 1674.
  14. Descendez vers Echarlens en passant devant la nouvelle chapelle de Champotey (poste 10).

Remarques

a) Ce circuit permet de voir la plupart des panneaux du Sentier des légendes de la Gruyère.

b) Vous pourriez rentrer directement à Echarlens depuis le poste 8 (extrémité sud-ouest de la forêt d'Everdes). Un beau chemin vous ramènerait au parking en 20 minutes, mais vous rateriez les ruines du château et le hameau de Champotey, ce qui serait regrettable. C’est pour cette raison que vous devez faire marche arrière sur ~800 m depuis le poste 8.

La région

Communes et fusions

Echarlens

662 habitants le 31.12.08

Marsens

1544 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné (2001) :

  • Marsens
  • Vuippens

Lieux-dits

  • Le Villars : groupe de maisons, hameau
  • Les Cheseaux : parcelle réservée à la construction, parfois maison avec son emplacement
  • Montilier : petit mont
  • Fontanoux : endroit riche en sources
  • Joux : terme désignant les forêts, principalement en montagne

Bossard & Chavan, Nos lieux-dits, Cabédita

Le “vieux“ château de Vuippens

On le désignait autrefois du nom de “ Maison de Sorens “. Les derniers Vuippens y ont habité du 15ème siècle au milieu du 16ème siècle. Mais, en tout cas, ils n’ont pas habité le “vieux château” dans son état actuel, qui est une belle maison dans le style du 16ème siècle et qui date vraisemblablement du début du 17ème siècle. Il est actuellement un bâtiment rural. Il comprend un étage sur rez-de-chaussée et un étage dans les combles. La tour d’escalier, carrée, placée en angle de la façade, doit être du 14ème siècle. L’histoire du “ vieux château “ est intimement liée à la famille de Boccard. Au-dessus de la porte d’entrée du “vieux château” sont sculptées les armoiries de François-Nicolas de Boccard (1642 - 1709) et de son épouse, Béatrice de Reynold, avec le millésime 1666.

Le château de Vuippens

La seigneurie de Vuippens résulte d’un démembrement de la grande seigneurie de Corbières. Le château de Vuippens fut certainement construit dans le 2ème quart du 13ème siècle. Un petit bourg ne tarda pas à se constituer sous la protection du château. Il était entouré de remparts et de fossés. Le 2 mars 1536, lors de la conquête du Pays de Vaud par Berne et Fribourg, les seigneurs de Vuippens reconnurent la suzeraineté de LL. EE. de Fribourg. Fribourg installa un châtelain au château de Vuippens. En 1553, le petit bailliage d’Everdes fut réuni à celui de Vuippens. Le château fut démoli par Fribourg puis reconstruit. On retrouve encore dans le bâtiment actuel la partie inférieure du donjon du château primitif. Dès 1800, le château fut habité par les Pères Chartreux de la Part-Dieu, dont le couvent avait été incendié. La famille de Boccard l’acquit pour le revendre en 1919 à Gustave Schneeli. Il passa ensuite par succession à sa nièce Madame Hélène de Sinner.

La chapelle de Champotey

Dédiée à sainte Anne, elle a été érigée - ou du moins restaurée - en 1811. Elle est aujourd’hui désaffectée. On en a construit une nouvelle sur la même crête. Elle a été bénite, par Mgr Charrière, le 16 février 1947. L’autel est celui de l’ancienne chapelle. Surmontée des 3 Personnes de la Sainte Trinité, sainte Anne, assise, apprend à lire à Marie.

Le four à pain du 18ème siècle de Vuippens reprend du service

En septembre 2008, après trois ans de travaux, le four à pain de Vuippens construit en 1771, a repris du service. C'est un bel exemple pour montrer ce qu'est le patrimoine et la manière dont on peut le faire revivre. Des fournées seront régulièrement organisées, autour d'un thème. Par exemple, les biscômes à la Saint-Nicolas ou la tresse à Pâques. L'endroit doit servir de lieu de rencontre aux habitants des deux villages. Le four avait été construit avec les pierres de celui du château, jugé trop gourmand en bois. La population l'a utilisé jusqu'au début des années 1950. Il a fallu drainer la bâtisse et la consolider, la crépir à l'ancienne. De nombreux bénévoles (3300 heures) ont participé à sa restauration. La dépense totale s'est élevée à 116 000 francs.

Découvertes archéologiques

Vuippens, Epoque romaine (de 0 à 400)

Une importante villa romaine qui date du 2ème siècle après J.-C. a été fouillée à Vuippens dans le cadre de la construction de la RN 12. Elle comportait un hypocauste (chauffage à air chaud). A l’extérieur, sur le côté est, il y avait deux fours à chaux.

Vuippens, Haut Moyen Age (de 400 à 800)

Une nécropole fut découverte à La Palaz. Sur 175 tombes, un cinquième renfermait des objets. Une tombe d’homme contenait un scramasaxe (sorte de grand couteau) et une garniture de ceinture en fer magnifiquement décorée. Dans plusieurs tombes de femme se trouvaient de très grandes et belles garnitures de ceinture avec des plaques rectangulaires ou losangiques damasquinées ou plaquées.

Yver, vous n’êtes qu’un vilain

Charles d’Orléans

Un homme qui enseigne peut devenir aisément opiniâtre, parce qu’il fait le métier d’un homme qui n’a jamais tort.

Montesquieu