Randonnées pédestres

65. Villariaz - Grangettes

  • Durée: 3h15
  • Longueur: 10.3 km
  • Dénivelé: 272 m
  • Région: La Glâne
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Circuit à faire de préférence au printemps ou en automne car deux sentiers disparaissent sur quelques dizaines de mètres dans les prés et, en été, les randonneurs fouleraient la belle herbe, ce qui serait regrettable.
  2. Faites-le par temps sec car, au départ, le sentier du Bois des Bioles pourrait être raviné ou boueux par temps pluvieux.
  3. Garez votre voiture devant le refuge de Villariaz situé au bord de la Neirigue.
  4. Empruntez le chemin qui monte et qui devient creux. Vers le sommet, restez à droite.
  5. Il vous conduit à la grange de Champ Nicollier, construite en 1697, en bordure du chemin (poste 1).
  6. Vous traversez ensuite le hameau de Treyfayes. Quelques mètres après la dernière maison, obliquez à gauche vers un chemin creux qui pourrait être boueux par temps de pluie.
  7. Le sentier s'efface quelque peu dans le pré. Allez-y tout de même jusqu'au chemin goudronné.
  8. Ce chemin goudronné, long d'environ 2 km, vous emmènera à Estévenens-Dessus, au carrefour du pt. 848 (poste 2).
  9. Engagez-vous, direction nord-est, sur le chemin des Covets.
  10. A Les Covets (poste 3), bifurquez à gauche. Le chemin est caché entre deux maisons. Il descend vers le nord.
  11. Il vous emmène vers la ferme de Tey puis au Mausson (ruisseau) qu'il faudra traverser.
  12. Pour trouver la passerelle (poste 4), il faut monter ~150 m sur le chemin goudronné puis descendre à gauche (signalisation jaune).
  13. Encore ~300 m et vous serez à l'église de Grangettes (poste 5) qu'il faut visiter (vrai bijou).
  14. Après la visite, ouvrez le portail qui donne sur un sentier quelque peu effacé, en direction des villas.
  15. Vous voyez devant vous une immense grange (ancienne grange du château). Allez-y. Le sentier balisé pour La Neirigue passe là-bas. Suivez-le. Vous traverserez successivement le Mausson et la Neirigue.
  16. Passez devant la chapelle de La Neirigue.
  17. ~250 m après l'édifice, bifurquez à droite et partez à l'assaut de la dernière montée vers Le Mont (poste 7). Le sentier disparaîtra sur une centaine de mètres. Dirigez-vous vers une grange pour y retrouver votre chemin.
  18. Descendez vers Villariaz. Traversez le village puis prenez à droite le chemin du refuge (signalisation).

La région

Communes et fusions

Vuisternens-devant-Romont

1900 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné :

  • Les Ecasseys
  • Estévenens
  • La Joux
  • Lieffrens
  • La Magne
  • Sommentier
  • Villariaz
  • Vuisternens
  • La Neirigue

Dernière fusion en 2004

Sâles

1343 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné (2001) :

  • Maules
  • Romanens
  • Rueyres-Treyfayes
  • Sâles
Grangettes

162 habitants le 31.12.08

Lieux-dits

  • Chaussia: chemin, route surélevée ou digue traversant un marais
  • Les Bioles: bosquet ou ensemble de bouleaux
  • La Pouta: laide, sale, mauvaise
  • Vernaux: bosquet ou taillis d’aunes
  • Les Possessions: parcelle d’une certaine étendue et d’un seul tenant
  • Les Planches: terrain plat ou de faible pente, de forme régulière, plus long que large; terre de bonne qualité, prés gras; généralement situé près de la maison
  • Le Genèvris: lieu où abondent les genévriers, indice de sols secs
  • Les Esterpeys: terrain défriché
  • Fontanette: endroit riche en sources
  • Le Chanex: chênaie
  • Treyfayes: trois brebis
  • Rueyres: chêne rouvre
  • La Neirigue: eau noire

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Rivières

  • Le Mausson prend sa source sur les hauteurs du Châtelard dans le Gibloux (pas très loin du camping de Sorens). Il s’est creusé un lit assez profond avant de se perdre dans les eaux de la Neirigue à La Neirigue.
  • La Neirigue qui a un cours de 17 km vient du Crêt (près de la tourbière). Elle coule entre La Joux et Sâles puis entre Villariaz et Treyfayes. Elle est l’éponyme du petit village situé au nord-ouest de Grangettes. Elle se jette dans la Glâne au sud d’Autigny.

Le château de Grangettes

Le château médiéval de Grangettes a complètement disparu. Grangettes constitua le centre d’une petite seigneurie qui comprenait encore Estévenens, La Neirigue et, en partie au moins, Villariaz et Le Châtelard. Une famille qui en porta le nom exista dès le 12ème siècle. A la fin du 14ème siècle, la famille s’établit à Vevey, où elle s'éteignit un siècle plus tard. Les seigneurs de Gangettes jouissaient d’une assez grande considération car on les trouve toujours dans l’entourage des comtes de Gruyères ou des sires de Corbières,ou dans des actes passés au profit de monastères importants de la contrée, comme Hauterive, Hautcrêt, etc. Au début du 15ème siècle, la seigneurie appartenait à la famille de Dompierre. Le château était une grosse tour carrée, paraissant dater du 12ème siècle, flanquée d'une tour d'angle, ronde, vraisemblablement de la fin du 13ème siècle. Au cours des guerres de Bourgogne, le 27 avril 1476, les troupes fribourgeoises ont pris et incendié le château de Grangettes. Il fut à nouveau incendié en 1799 ; il fut alors abandonné à la pioche des démolisseurs. Le château était situé sur le terrain qui surplombe la Neirigue. Il est possible que le mur du jardin actuel, d’une exceptionnelle épaisseur, soit encore un reste de "chemise" du château.

L'église de Grangettes

Patron : saint Maurice. Grangettes avait, déjà au 15ème siècle, une chapelle de St-Maurice qui fut consacrée le 14 juillet 1430. En 1626, la séparation d'avec Vuisternens fut prononcée. L'église fut agrandie à cette occasion. Elle fut incendiée en 1770, puis rebâtie et consacrée, le 29 avril 1773, par Mgr Joseph-Nicolas de Montenach. Le choeur, de style gothique, semble être celui du premier sanctuaire. La chaire est de style baroque. En 1954, elle a été l’objet d’une rénovation intérieure. La dernière restauration de l'édifice, décidée en 1980, a renouvelé son vitrage et rendu à la voûte de bois son aspect du 18ème siècle. Le Calvaire de pierre a été transporté à l'intérieur de l'église à cette occasion. On le vénère depuis 1500. C'est une colonne octogonale de granit, de 2 mètres de haut, se terminant, sur un chapiteau fait de grappes de raisin, par un Christ en croix, avec à ses pieds, deux tout petits personnages. Au verso, l'artiste a représenté la mère du Christ, couronnée par un ange. Elle montre à l'Enfant Jésus la tige de Jessé dont parle l'Ecriture à propos de l'origine davidique du Messie. Le peintre italien Anselmo Francesconi (ANSELMO) a réalisé les vitraux : l'agonie au Jardin des Oliviers, la Flagellation, le Couronnement d'épines, le portement de croix.

La chapelle de La Neirigue

Dédiée à saint Garin, la chapelle de La Neirigue a été fondée en 1651 par les frères François et Pierre Oberson. La Neirigue est, depuis 1956, rattachée à la paroisse de Berlens.

Découvertes archéologiques

Villariaz, Haut Moyen Age (400 - 800)

Près de la croix au centre du village, dans les ruines d'une villa romaine, plusieurs squelettes de cette époque ont été découverts.

Personnalités

Paul Yerly, peintre

Paul Yerly est né en 1900. Il a vécu à Rueyres-Treyfayes où, aîné de huit enfants, il doit seconder son père à la ferme. Il a croisé le peinte Joseph Reichlen, qui l'encourage. Il admire aussi le peintre animalier Xavier de Poret. Père de douze enfants (6 garçons et 6 filles), paysan, expert dans les concours de bétail, Paul Yerly n'a guère de temps à consacrer à son violon d'Ingres. C'est essentiellement entre 1960, année où il doit se retirer pour raison de santé, et 1969, date de sa mort, qu'il produit le plus grand nombre d'œuvres. Son coup de crayon est sûr. Il peint à l'huile avec une grande précision. Il sculpte et pyrograve avec une belle assurance. Les armaillis qu'il peint sont tirés à quatre épingles, dans une Gruyère où il fait toujours beau. Sa production atteint près de 500 pièces.

Il faut bonne mémoire après qu’on a menti.

Pierre Corneille

L'art de lire, c’est l'art de penser avec un peu d'aide.

Emile Faguet