Randonnées pédestres

66. Semsales - La Verrerie

  • Durée: 2h15
  • Longueur: 7.6 km
  • Dénivelé: 100 m
  • Région: La Veveyse
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture à Semsales, dans le parking de la halle de gymnsatique, à droite au bord du chemin qui descend vers le cimetière.
  2. Marchez une centaine de m au bord de la grand-route, direction Vaulruz ; traversez le pont sur la Mortive puis montez à droite sur ~120 m.
  3. Prenez à gauche le ch. balisé pour Le Crêt – Grattavache. Après environ 1800 m, traversez la Broye (poste 1) avant d'atteindre la route de 1ère classe que vous longez sur ~350 m (direction Vaulruz).
  4. Obliquez à gauche puis passez sur l'autoroute pour arriver au carrefour à Sur le Mort (poste 2).
  5. Dirigez-vous vers le sud-ouest pour parvenir au poste 3 à La Verrerie (carrefour au pt 832).
  6. Marchez 250 m jusqu’à la halte ferroviaire.
  7. Obliquez à droite pour rentrer à Semsales sur une petite route peu fréquentée par les voitures. Vous passez par le poste 5 (pt 837).

Remarque

~100 m avant la halte ferroviaire de La Verrerie, vous pouvez, par temps sec, suivre à droite un très joli sentier herbeux qui rejoint le chemin bitumé au bout de 1200 m.

La région

Communes et fusions

Semsales

1 435 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

  • La Rougève
  • Semsales
La Verrerie

1 158 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

  • Le Crêt
  • Grattavache
  • Progens

Lieux-dits

  • Pra Riondet : pré rond
  • Saletta : maison
  • Les Marchettes : pré marécageux, utilisé souvent autrefois comme pâturage commun
  • La Sauge : bosquet ou ensemble de saules
  • Le Gottau : petite source de surface, petit ruisseau
  • Les Râpes : terrain en pente, couvert de taillis ou de buissons
  • La Cierne : forêt défrichée
  • Le Devin : terre, souvent forêt, soumise à certaines restrictions telles qu'interdiction du libre parcours et d'exploitation, s'il s'agit d'une forêt, ou interdiction de la vaine pâture durant une partie de l'année, s'il s'agit d'un champ ou d'un pré
  • Les Planches : terrain plat ou de faible pente, de forme régulière, plus long que large ; terre de bonne qualité, prés gras ; généralement situé près de la maison
  • La Rougève : eau rouge
  • Les Jorettes : terme très ancien désignant les forêts, principalement de montagne
  • La Montaneire : terrain montueux, colline
  • La Mortive : eau morte
  • Semsales : (Sessales), sept fermes ; en latin, septem sales
  • La Mosse : terrain humide, marécageux. Il semble qu'à l'origine ce soit un lieu moussu.
  • La Sauge : saule, arbre se développant essentiellement dans les sols humides et le long des rivières ; bosquet de saules
  • Le Raffort : four à chaux ; le calcaire calciné donne la chaux vive, très employée autrefois dans la construction.
  • Le Jordil : verger, jardin.

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Rivières

La Broye prend sa source aux Alpettes. Elle coule d’abord vers le sud entre Progens et Semsales. A Tatroz, elle change brusquement de direction pour se diriger vers le nord. A Palézieux, elle reçoit la Biorde et la Mionna. A Châtillens, c’est le Flon qui vient augmenter son débit. A partir de Moudon, elle coule vers le nord-est. Elle va se jeter dans le lac de Morat après avoir reçu la Mérine à Moudon, la Lemba à Granges-Marnand, l’Ancienne Broye (Arbogne) juste avant Salavaux et la Petite-Glâne à Salavaux.

La Mortive a sa source au Niremont. Elle passe à Semsales qui est bâti sur son cône de déjection. Elle se jette dans la Broye entre Progens et Semsales.

L’église de Semsales

Patron : saint Nicolas. En 1170, il est déjà fait mention du prieuré de Semsales. Il appartenait aux chanoines du Grand-Saint-Bernard. Après la conquête du Pays de Vaud(1536), le gouvernement de Fribourg se considéra comme le successeur du couvent du Grand-Saint-Bernard. Plus tard, le Chapitre de St-Nicolas en devint le collateur, jusqu’en 1925. A l’origine, l’église et le prieuré se trouvaient au-dessus du village actuel, sur la rive droite de la Mortivue. Un éboulement détruisit le prieuré mais épargna l’église. Finalement, une nouvelle église, celle dont seul subsiste le clocher, fut construite dans les années 1632 à 1634. En 1922, M. Fernand Dumas édifia à Semsales sa première église. La façade, en pierre de taille, avec la tour légèrement plus large vers le bas et fortement appuyée sur les côtés, a un peu une allure de forteresse, dont les minuscules fenêtres seraient les meurtrières. Le porche est surmonté par une crucifixion en céramique de Gino Severini. A l’intérieur, les colonnes de molasse, assez basses et presque trapues, supportent de gracieux arcs en plein cintre. La chaire, due au ciseau de François Baud, est isolée entre deux colonnes. Severini a peint sur les côtés du grand arc de molasse qui marque l’entrée du choeur les deux patrons de l’église : saint Nicolas à gauche et saint Sébastien à droite. Il est également l’auteur de la Sainte Famille de l’autel latéral de droite ainsi que la Mater Dolorosa dans la chapelle de la Vierge, au sommet de la nef latérale de gauche. L’autel de cette chapelle est de Cingria et les vitraux d’Eugène Dunant. C’est Louis Vonlanthen qui a peint le tableau de l’autel de ce petit sanctuaire. Une chapelle, au bas de l’église, est dédiée à sainte Anne. Ses vitraux sont de Cingria (1923) ; cet artiste est aussi l’auteur de ceux du choeur de l’église. Dans la nef, les six vitraux de droite sont de Dunant et les six de gauche de Jean de Castella. Au fond de l’abside de l’église, au-dessus du maître-autel, Severini a représenté les trois personnes de la Sainte-Trinité. La Sainte Cène, au-dessus des trois arcades qui protègent les stalles est également de Severini.

Semsales a agrandi son école

A la fin septembre 2005, Semsales a inauguré l'agrandissement intérieur de son école et son nouvel abri de Protection civile. Les 5 classes ont été agrandies grâce à la suppression de quelques couloirs et à l'occupation de trois étages au lieu de deux. Une salle spéciale d'activités créatrices a même été aménagée au sous-sol. Coût de l'opération 500 000 francs.

L'abri de Protection civile a nécessité l'investissement de 1,5 million de francs, terrain compris. Deux salles confortables y ont été créées pour les sociétés qui ont perdu leur local lors de la transformation de l'école. Le chauffage de l'abri a été raccordé à celui de la salle polyvalente toute proche.

La nouvelle école de Semsales

La nouvelle école de Semsales a été inaugurée le 12 novembre 2011. Elle s'ajoute à celle qui avait été construite en 1910 et restaurée en 2005. Confiée au bureau Tardin & Pittet, à Lausanne, la nouvelle école, aux normes Minergie, ne manquera pas de surprendre les visiteurs par ses lignes, son espace et sa lumière. Sur trois niveaux se répartissent 11 salles, à savoir 6 classes, une salle de rythmique, une salle commune et trois spéciales. Une cuisine et un réfectoire accueillent les enfants qui mangent à l'école. S'ajoutent un abri PC et une chaufferie au bois pour les deux écoles. Le coût de cette construction est devisé à 5,8 millions de francs.

La propriété des Charmilles à Progens

La propriété des Charmilles était autrefois la demeure des frères Quennec, les directeurs de la manufacture de verre locale, fondée en 1776 par des immigrés français qui, constatant la proximité des sables de Sâles et des filons de charbon sous la colline de Progens, songèrent à en tirer partie. Dans les années trente, la famille Quennec céda la belle demeure à la Fédération diocésaine de charité (la future Caritas Fribourg). Une maison d'accueil pour les garçons IMC y fut créée. Elle ouvrit ses portes en 1932. Dans les années soixante, elle s'installa à Fribourg et devint "Les Buissonnets". Pendant plus de trente ans, la fondation a gardé la maison pour les vacances, les colonies ou les week-ends. La restauration de cette propriété étant trop onéreuse, les Buissonnets préféreraient s'en séparer.

La propriété des Charmilles à La Verrerie

En 2006, le château de La Verrerie retrouvait ses nobles, après des intermèdes plus populaires. Alice Bourgeais née Du Fresne de Beaucourt et son mari Alain rachetaient le domaine à la fondation des Buissonnets, qui y logeaient jusqu’en 2000 des personnes handicapées. Par la suite, la maison a été louée par la Croix-Rouge pour y accueillir des requérants d’asile. Les Bourgeais ont été séduits par cette demeure. Ils y ont vu la possibilité de réaliser leur rêve : proposer avant la fin 2008 dix-sept chambres et une table d’hôtes. Ils ont même aménagé un arboretum pour y accueillir des espèces végétales et animales rares. Ils ont créé un fournil pour le pain bio, des bières artisanales, les brunches du 1er Août. Souffrant d’une intolérance au gluten, M. Bourgeais doit suivre un régime. Finalement, en 2012, les Bourgeais décident de vendre leur propriété. En 2013, ils sont toujours à la recherche d’un acquéreur.

La Verrerie inaugure son nouveau bâtiment du feu

Le samedi 8 octobre 2005, la commune de La Verrerie a inauguré son nouveau bâtiment du feu. Construit à Grattavache, il est une pierre de plus à l'édification de l'esprit de la fusion scellée en 2004 entre ce village et ceux de Progens et du Crêt. Cette réalisation a coûté 720 000 francs. En plus d'une halle pour les véhicules du feu et des locaux techniques et sanitaires, il comporte une salle de 70 mètres carrés à l'usage des sociétés. De l'ancienne laiterie qui se trouvait à cet endroit, on a conservé la table à fromage en molasse. Elle a été déplacée à l'extérieur du bâtiment : les pique-niqueurs et les randonneurs apprécieront cette pause-étape.

Une ferme gigantesque à La Verrerie

Jacky Progin et Eric Perrin, deux beaux-frères, construisent en 2010 la plus grande ferme de Suisse romande. Située à La Verrerie, le long de l'autoroute, elle a une longueur de 142 m, une largeur de 42 m et un toit de 6200 mètres carrés. Sa mise en service est prévue pour octobre, après douze mois de travaux. Elle a coûté 2,3 millions de francs. Elle comprend trois aires : repos, affouragement, promenade, différentes pour les vaches, les génisses et les veaux. La nouvelle halle devrait ainsi abriter 250 têtes de bétail, dont 140 vaches. Le tout sur un seul site et avec 100 ha de terres. La réserve de foin de 7000 mètres cubes est desservie par un pont roulant. Il faudra un tracteur avec un "chasse-foin" pour pousser le fourrage contre les vaches.

Le groupe ITH prêt à mettre le paquet

Le centre logistique du spécialiste de la vente par correspondance International Trading House (ITH), à Semsales, est opérationnel depuis avril 2007. 30 000 colis par semaine contenant des sous-vêtements masculins ou féminins de marque Evita, Body, Front et Soks ou encore des produits cosmétiques sont expédiés de Semsales. Leur destination: la Scandinavie, l'Allemagne, la Belgique ou la République tchèque. Deux ou trois containers parviennent chaque semaine à Semsales, en provenance du port de Rotterdam. A l'intérieur, plusieurs dizaines de milliers d'articles préemballés, fabriqués surtout en Chine, tous destinés à l'exportation. Depuis 2010, Courlux International SA (nouveau nom) dispose d'une seconde halle qui double le volume des bâtiments. Depuis l'implantation de cette entreprise en 2007, le nombre des employés a quadruplé, passant d'une dizaine à une quarantaine en 2010.

Infré à Semsales

C'est en mai 2007 qu'Infré, l'usine de décaféination du thé la plus moderne du monde a commencé son activité à Semsales. 20 tonnes de thé y sont traitées chaque jour. Le thé est baigné dans du chlorure de méthylène, un solvant très courant dans l'industrie alimentaire, utilisé pour extraire toutes sortes d'essences et d'arômes. La teneur en caféine (ou théine) passe de 3,5 % à 0,1 %. Infré peut ainsi livrer la caféine récupérée à des sociétés qui se chargent de la purifer et de l'écouler. Cette caféine se retrouve dans le Coca, le Pepsi, le Red Bull, etc. En octobre 2008, le siège social d'Infré a quitté Vevey pour Semsales. La société a investi près de 20 millions dans le village veveysan.

Les honnêtes femmes sont inconsolables des fautes qu’elles n’ont pas commises.

Sacha Guitry

Qui donne au pauvre prête à Dieu.

Victor Hugo