Randonnées pédestres

82. Arconciel - Treyvaux

  • Durée: 3h00
  • Longueur: 10.4 km
  • Dénivelé: 330 m
  • Région: La Sarine
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le parking proche de l’église et du restaurant d’Arconciel.
  2. Montez vers la route Treyvaux – Ependes et traversez-la. Suivez le chemin balisé pour Senèdes et La Roche. Passez sous le pont de grange et gravissez le magnifique chemin creux.
  3. Traversez tout le bois de Monternau. Vous arrivez bientôt à un réservoir d’eau. Juste après cet édicule, jetez un coup d’œil sur Ependes et l’un de ses cinq châteaux.
  4. Passez à la lisière sud du bois avec Senèdes à vos pieds.
  5. ~300 m après la dernière maison du village, descendez vers La Tourbière (poste 1) par un sentier herbeux.
  6. Franchissez la route Senèdes – Ferpicloz et montez vers le Bois Derrey (suivez le balisage pour Treyvaux).
  7. A la sortie du bois, admirez Senèdes dominé par deux belles forêts.
  8. Vous parvenez bientôt au carrefour de Gros Bugnon (poste 2).
  9. Descendez vers Treyvaux, passez à droite de l’église et vous arrivez sur la route Treyvaux – Arconciel.
  10. Prenez la direction d’Arconciel. Au 1er carrefour, choisissez la route de gauche Vers-St-Pierre (indicateur).
  11. Vous êtes bientôt au carrefour de Forchaux (pt 751), postes 3 et 5.
  12. L’église de Vers-St-Pierre est en vue, sur la gauche. Pour la visiter, adressez-vous préalablement par téléphone au No 026 413 06 69.
  13. Revenez sur vos pas jusqu’au carrefour de Forchaux pour prendre à gauche le ch. de Prassasson. Il vous conduit à la route Treyvaux – Arconciel (pt 728, poste 5).
  14. Marchez ~300 m en bordure de route avant d’atteindre le trottoir qui vous ramènera au parking.

La région

Communes et fusions

Treyvaux

1410 habitants le 31.12.08

Arconciel

749 habitants le 31.12.08

Senèdes

119 habitants le 31.12.08

Lieux-dits

  • Treyvaux : au-delà des vaux (trans)
  • Les Fontanalles : source est le sens premier de ce mot (fons, fontana)
  • Le Rialet : ruisseau, parfois disparu à la suite de drainages
  • Genevret : genévrier (juniperus)
  • Le Taconnet : endroit où pousse le taconnet ou tussilage
  • La Crause : anfractuosité, dépression de terrain
  • Prilette : petit pré
  • Gotalle : petite source de surface, petit ruisseau

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Rivières

La Sarine prend naissance au col du Sanetsch en Valais. Elle pénètre très vite dans le canton de Berne. Elle passe près de Gstaad. Elle coule ensuite dans le Pays-d’Enhaut (région de Château-d’Oex). Elle entre dans le canton de Fribourg juste avant Montbovon. Elle alimente le lac de Lessoc puis traverse l’Intyamon. Après Broc, elle devient le lac de la Gruyère. Elle décrit quelques méandres dans la vieille ville de Fribourg avant de former un nouveau lac : celui de Schiffenen. Elle se jette dans l’Aar à 4 km à l’est de Chiètres. Ses principaux affluents sont l’Hongrin, la Trême, la Jogne, la Sionge, la Glâne, la Gérine, la Sonna et la Singine.

Le château d’Arconciel

La seigneurie d’Arconciel et Illens comprenait sur la rive droite, le village et le bourg d’Arconciel ainsi que le village de Treyvaux et, sur la rive gauche, le château d’Illens, le hameau des Granges et les villages d’Ecuvillens, Magnedens et Corpataux. En 1291, Nicolas d’Englisberg, d’une famille influente de Fribourg, acheta la seigneurie d’Arconciel. Au congrès de Fribourg, en 1484, la possession d’Arconciel et d’Illens fut reconnue à Fribourg. Le château et le bourg d’Arconciel étaient situés à environ 2 km d’Arconciel, à l’extrémité de la presqu’île formée par le cours sinueux de la Sarine. Le petit bourg occupait, derrière le château, une esplanade d’environ deux cents mètres sur 80 mètres : il présentait une rue centrale bordée de deux rangées principales de maisons. Un poste d’observation se trouvait à “La Garde”.Une passerelle permettait de passer, au niveau de la rivière, du château d’Illens à celui d’Arconciel. En 1620, Fribourg autorisa la paroisse de Treyvaux à prendre des pierres du bourg et du château pour réparer son église. En 1784, les pierres de l’ancien bourg servirent aux réparations de l’église d’Arconciel.

L’église Vers-St-Pierre

La construction de la première église de Treyvaux remonterait au 7ème siècle. Elle a été modifiée dans le courant du 13ème siècle par la reconstruction de son chœur, probablement par les cisterciens d'Hauterive. Rectangulaire et voûté, il peut être admiré aujourd'hui encore dans un aspect presque inchangé. Une grande restauration a commencé en 1990. La toiture a été refaite en bardeaux, un drainage a été placé au pied des murs. En 1994, une fouille archéologique sur le pourtour de l'église a mis au jour plus de 600 squelettes. Le sol de la nef a été restauré en l'an 2000 et de nouveaux bancs ont été installés la même année. Le sanctuaire abrite des fresques splendides du 13ème siècle. Elles ont été restaurées en 2001 par M. Olivier Guyot, restaurateur d'art à Romont. On y voit la Vierge Marie, saint Jean, Marie-Madeleine et les douze apôtres. Un portrait de saint Garin orne la nef. Une statue de saint Pierre, de 1420, se trouve sur le maître-autel. L'un des autels latéraux nous montre une pietà baroque (18ème siècle). Un Christ en croix, malheureusement mutilé, remontant au 12ème siècle, ornait l'église de Vers-St-Pierre. C'est le plus ancien du canton. Il se trouve actuellement au musée d'art et d'histoire de Fribourg. Le maître-autel est du 18ème siècle. Les autels latéraux sculptés dans le bois et polychromés remontent au 17ème siècle. A l'extérieur, on a découvert un sarcophage de tuf provenant d'un ancien cimetière. L'église de Vers-Saint-Pierre est l'un des hauts lieux de la peinture romane helvétique. C'est un bijou du patrimoine national. Les coûts des rénovations se sont élevés à CHF 700'000.-. Le 15 août 2006, l'édifice a accueilli les reliques de saint Pierre Canisius et celles de Marguerite Bays.

Au Moyen Age, le village de Treyvaux se trouvait près de cette église. A la suite d'une épidémie de peste, il s'est déplacé vers l'est. Une légende raconte qu'on chargea sur un âne la statue de saint Pierre pour l'amener au nouveau village. Après plus de deux kilomètres, le baudet fatigué s'agenouilla. C'est à cet endroit qu'on décida de construire la nouvelle église. Depuis lors, un surnom fut donné aux habitants de Treyvaux: “Les Anes”.

Le mouvement ATD Quart Monde et la ferme de la Crausa à Treyvaux

En 1957, le père Joseph Vresinski et les familles du camp des sans-logis de Noisy-le-Grand (près de Paris) créent une association “Aide à Toute Détresse” qui est à l’origine du Mouvement international ATD Quart Monde. Entre 1965 et 1971, le Mouvement s’implante en Suisse. Le secrétariat national prend ses quartiers dans la ferme de la Crausa à Treyvaux, une maison construite en 1818. Dès lors, la ferme reprend vie, elle devient un havre de paix, un lieu de rencontres où résonnent des voix d’enfants qui découvrent, souvent pour la première fois, un espace de liberté au grand air, au contact de la nature. En 2006-2007, la ferme de la Crausa, qui a déjà subi précédemment plusieurs rénovations, sera complètement transformée sous la conduite des architectes Jean-Luc Rime et Pascal Perroulaz. Le 30 juin 2007, le centre est remis à ses utilisateurs. Tout le monde s’accorde à reconnaître la parfaite réussite de cette réalisation, tant sur le plan artistique qu’utilitaire. La ferme rénovée consomme un minimum de combustible et d’électricité : elle a été certifiée Minergie. On a veillé à utiliser des matériaux locaux pour réduire les transports. Ce bâtiment est équipé d’une chaudière à granulés de bois alimentée automatiquement. Budget de 2,5 millions de francs tenu.

Le temps aux plus belles choses

Se plaît à faire un affront,

Et saura faner vos roses

Comme il a ridé mon front.

Pierre Corneille

Un chef est un homme qui a besoin des autres.

Paul Valéry