Randonnées pédestres

83. Le Mouret – Montévraz

  • Durée: 2h45
  • Longueur: 9 km
  • Dénivelé: 232 m
  • Région: La Sarine
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le grand parking du restaurant La Croix-Blanche, à l'est du bâtiment.
  2. Rejoignez la route de 1ère classe Marly – La Roche et cheminez sur le trottoir ~500 m, direction La Roche.
  3. Au giratoire, montez à droite vers Essert (poste 1 à la chapelle).
  4. Poursuivez, direction Treyvaux. Au bout d'~250 m, descendez à gauche vers la route de 1ère classe Marly – La Roche. Il y a deux chemins, prenez celui de gauche.
  5. Vous arrivez au carrefour du pt 765 (poste 2).
  6. Traversez la route et montez jusqu'au carrefour du pt 811 (poste 3). Vous êtes passés par les Riedera (La Grande et La Petite).
  7. Montez à droite sur la route de 3ème classe. Vous arrivez ainsi à Montévraz-Dessus (poste 4 à la chapelle au pt 908).
  8. Quittez le goudron et faites un petit crochet par la forêt, direction sud-est. Une passerelle en bois vous permet de franchir le ruisseau. Passez près du centre forestier du Burgerwald. Un chemin goudronné vous conduit au poste 5 (carrefour situé à ~250 m au sud de La Tanne).
  9. Vous traversez le village de Zénauva et vous arrivez au poste 6 (carrefour au pt 782).
  10. Lorsque vous parvenez à Le Mouret, dirigez-vous vers la gauche pour rejoindre la route de 1ère classe que vous avez déjà empruntée au départ. Le trottoir vous ramène au parking.

La région

Communes et fusions

Le Mouret

2882 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné :

  • Bonnefontaine
  • Essert
  • Montécu
  • Montévraz
  • Oberried
  • Praroman
  • Zénauva

Dernière fusion en 2003

Lieux-dits

  • Les Planchettes : terrain plat ou de faible pente, de forme régulière, plus long que large ; terre de bonne qualité, prés gras ; généralement situé près de la maison
  • Pontet : construction faite de madriers juxtaposés permettant de traverser un endroit marécageux
  • Essert : terran défriché, très généralement en communauté
  • La Tanne : grotte, caverne
  • Le Moulinet : moulin, terme général désignant principalement les installations de mise en valeur des céréales
  • Le Mouret : murs, remontant parfois à l’époque romaine
  • La Cierne : forêt défrichée
  • La Bise : désigne le nord ou nord-est

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Rivières

Le ruisseau du Pontet descend du Burgerwald. Il passe à Pratzey. Il longe ensuite la route La Roche-Le Mouret. A Praroman, il se dirige vers l’est, touche Le Pafuet puis se jette dans la Nesslera à 1 km au nord de Bonnefontaine.

La chapelle de la Grande-Riedera

Construite en 1639, elle est insérée dans l’enceinte du château. Les propriétaires d’alors étaient les de Gottrau. Le retable attribué au sculpteur Jean-François Reyff de Fribourg, daté 1644, porte les armes de Tobie Gottrau et de son épouse Catherine Tugginer, pour qui fut construit le château de la Grande-Riedera. De part et d’autre de l’Assomption à qui la chapelle fut consacrée, on distingue sur les volets Tobie (avec l’ange, à gauche) et sainte Catherine, les patrons des commanditaires. La cloche, portant la date de 1639, est de Jakob Kegler.

La chapelle de Montévraz

Cette chapelle, en l’honneur de saint Pierre et de sainte Marguerite, dont le choeur date de 1580, la sacristie de 1679 et la nef de 1924, a été construite à l’origine par la famille Kaemmerling, propriétaire des deux manoirs de Montévraz. C’est grâce à la générosité de M. Olivier Wicht qu’elle a pu être réparée et agrandie en 1924. Elle a encore été rénovée en 1951 et 1988. L’autel, nouveau et simple, est dominé par une Vierge en terre cuite à laquelle M. Armand Niquille a redonné son aspect primitif. Cette très belle statue polychrome du début du 16ème siècle a été attribuée à Gylian Aetterli, sculpteur et tailleur de pierre connu. Yoki a composé quatre vitraux : deux à droite en bas, consacrés aux patrons de la chapelle, et vis-à-vis une Vierge présentant l’Enfant divin aux adorations des fidèles tandis que, à côté, elle reçoit le cadavre de son fils descendu de la croix.

La Petite-Riedera à Montévraz

Le domaine de la Riedera est signalé pour la première fois dans un document du 14ème siècle. Il appartenait à la famille de Gottrau. Celle-ci était divisée en plusieurs branches : les de Léchelles, les de Pensier, les de Billens, les de Granges et les de Broc. La branche de Billens occupa la Petite-Riedera jusqu’en 1804. Actuellement résidence épiscopale, ce manoir a été construit dans les années 1580 par Marti de Gottrau. Le grand salon, aménagé en oratoire par Mgr Besson, conserve un retable daté de 1586 provenant de la chapelle aujourd’hui détruite. Le plafond peint de cette pièce a été réalisé dans les années 1660 par l’atelier du peintre soleurois Michael Vogelsang. Ce magnifique plafond est constitué de 44 panneaux autour d’un médaillon central. De 1805 à 1815, la Petite-Riedera a été occupée par des Trappistines venues de France. En 1838, c’est Marie-Adélaïde, comtesse de la Poype qui en devient propriétaire et qui l’offre la même année à Mgr Yenni, évêque du diocèse. D’après Aloys Lauper

Le château Kaemmerling à Montévraz-Dessus

Le développement des domaines patriciens au 16ème siècle atteste un retour à la terre suite à l’effondrement de l’industrie drapière de Fribourg. Le château de Montévraz-Dessus a été construit par Pierre Kaemmerling dans les années 1570-1580. Il a été en grande partie reconstruit dans le dernier quart du 17ème siècle, peut-être suite à un incendie. En 1933, c’est M. Joseph Wicht qui achète les deux châteaux de Montévraz-Dessus . L’actuelle propriétaire (en 2000) du château Kaemmerling est madame Berthe Lauper, fille de Joseph Wicht. D’après Aloys Lauper

La maison des Wicht de l’Obsmatt à Montévraz-Dessus

Ce manoir a été construit en 1673 pour Jean-François Kaemmerling et son épouse. Il est caractérisé par le traitement de ses façades : l’une est en maçonnerie dans le style gothique tardif avec des fenêtres groupées, l’autre est en bois comme celles des fermes de la région. C’est dans les combles de cette maison que se trouvait la “ chambre peinte de Montévraz “ exposée au Musée Gruérien à Bulle. Son décor très fruste combine le traditionnel plafond peint à rinceaux (ornement fait d’éléments végétaux..) avec un petit cycle d’Elie en quatre tableaux sur les parois : Elie nourri par des corbeaux près d’un torrent, Elie abreuvé et nourri par la veuve de Sarepta occupée à ramasser du bois avec son fils et l’ascension d’Elie dans un char de feu sous les yeux de son disciple Elisée qui a revêtu le manteau du prophète. Cette maison appartient actuellement (en 2000) à Marie-Blanche, Jacques, Jean-Marc et Germain enfants de feu Germain Wicht. D’après Aloys Lauper

Une installation de biogaz au Mouret

Située derrière l’ancienne Tuilerie du Mouret, l’installation de biogaz, reconnaissable à ses grandes cuves vertes, est opérationnelle depuis le mois de juillet 2012. L’exploitation du site comprend une préfosse à lisier, deux digesteurs, un container pour le moteur et le bureau technique ainsi qu’un couvert pour le stockage des matières sèches. Vingt contrats ont été signés avec des agriculteurs de la région, ce qui assure la matière première. Outre le fumier et le lisier bovin d’une vingtaine de fermes ainsi que le purin de la porcherie de M. René Kolly, l’installation traitera aussi le petit-lait résiduel de la fromagerie voisine et les déchets verts de la commune du Mouret. A la fin du cycle, l’énergie produite est injectée dans le réseau du groupe E, l’eau chaude obtenue lors du refroidissement de l’installation sert à chauffer les bâtiments voisins. Le digestat est repris par les agriculteurs qui l’utilisent comme fumier écologique. D’une puissance de 280 KW, la génératrice va produire 1,5 million de kWh (l’équivalent de la consommation de 350 ménages). Le projet aura coûté au total pas moins de 4 millions de francs.

L’oiseau construirait-il son nid s’il n’avait son instinct de confiance au monde ?

G. Bachelard

Le premier symptôme de l’amour vrai, chez un jeune homme, c’est la timidité, chez une jeune fille, c’est la hardiesse.

Victor Hugo