Randonnées pédestres

96. Lurtigen – Altavilla

  • Durée: 2h30
  • Longueur: 9 km
  • Dénivelé: 135 m
  • Région: Le Lac
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le petit parking du cimetière de Lurtigen situé à ~750 m au sud-ouest du village.
  2. Empruntez le beau chemin goudronné jusqu'à Oberburg (carrefour au pt 544, poste 1).
  3. Poursuivez jusqu'au carrefour (rte de 1ère classe avec route de 3ème classe, pt 538).
  4. Traversez la route de 1ère classe et cheminez ~120 m avant d'obliquer à droite (direction Morat).
  5. ~200 m plus loin, à un petit carrefour, restez sur le chemin de gauche pour aller contourner par la gauche la magnifique ferme d' Ermelsburg et arriver au carrefour (pt 520, poste 2). Admirez le paysage.
  6. Ne descendez pas à Morat. La promenade se poursuit vers le nord. Vous arrivez une nouvelle fois à la route de 1ère classe.Traversez-la.
  7. Marchez ~250 m vers le nord avant de monter à droite vers Burg (pt 520, poste 3). Ne vous y rendez pas par le 1er chemin à droite. Le 2ème est plus agréable.
  8. Traversez le charmant village de Burg.
  9. Escaladez, à l'ombre et au frais, un sentier pittoresque pour atteindre le carrefour près de Schloss Oberburg (poste 4).
  10. Suivez la route pour Altavilla (poste 5 au pt 537).
  11. Montez à droite jusqu'à la forêt (carrefour en lisière, poste 6).
  12. Entrez dans la forêt en suivant le chemin du milieu. Après ~1 km, à un petit carrefour, obliquez à droite vers la cabane forestière (poste 7 au pt 548). Belle place de pique-nique, tumulus, endroit idyllique.
  13. Après la cabane, continuez vers la droite (~400 m) et obliquez à gauche vers une place pour le dressage des chiens.
  14. Montez ensuite dans la forêt vers Lurtigen (poste 8 au centre du village).
  15. Encore ~800 m vers le sud-ouest pour retrouver la voiture. Passez devant l'école (clocheton).

Ref. carte: Morat 1 : 25 000

La région

Communes et fusions

Morat

8 168 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

  • Morat
  • Burg
  • Altavilla
  • Büchslen
  • Courlevon
  • Coussiberlé
  • Jeuss
  • Lurtigen
  • Salvenach

Lieux-dits

  • Pierrabessy : pierre fourchue ou fendue de haut en bas, de besse “jumeau”

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Le glacier du Rhône et la région de Morat

Le glacier du Rhône dans sa course a modelé des sommets arrondis et des dômes (drumlins), à l’image du célèbre Bois Domingue, de l’Aderahubel, du long dos d’âne du Sunnenberg et d’autres élévations encore. L’héritage le plus significatif du glacier du Rhône reste avant tout le lac de Morat.

L’ancien orphelinat (Waisenhaus) de Burg

En 1892, les communes protestantes du district du Lac achètent la maison de maître d’Oberburg pour y créer un orphelinat. A l’époque, les orphelins étaient placés dans les fermes, travaillaient péniblement et n’étaient pas toujours très bien traités. Le château d’Oberburg a fait office d’orphelinat jusqu’en 1965. Cette année-là, un incendie a ravagé le bâtiment dont il n’est resté que des ruines. Neuf mois avant le sinistre, la grange du domaine avait été incendiée de façon criminelle. Une maison d’habitation a été reconstruite mais pas l’orphelinat. L’association des communes qui a fondé cet orphelinat a été dissoute en 2003.

Le village de Lurtigen

Lurtigen figure à l’inventaire fédéral des sites construits à protéger. Ce village dans lequel on peut admirer plusieurs fermes typiquement lacoises est donc considéré d’importance nationale.

Le Murtenwald

Le Murtenwald est une magnifique forêt composée de résineux et de feuillus, propriété de la commune de Morat. Elle s’étend d’Altavilla à Büchslen, de Galmiz à Lurtigen. Elle est traversée par l’ancienne route de Berne empruntée en juin 1476 par les Confédérés venus combattre Charles le Téméraire sur les hauteurs de Morat.

Le Bois Domingue

La colline qui domine la petite ville de Morat de quelque 70 mètres est appelée en dialecte “Bodemünzi”, (“z’Bode müend si”, autrement dit, “mettons-les au tapis...”), en souvenir du cri de guerre lancé par les Confédérés lors de la bataille remportée en 1476 contre les Bourguignons. Cette interprétation n’est pas sans fondement. Charles le Téméraire avait choisi ce promontoire pour y installer son quartier général de campagne. De là, il embrassait d’un coup d’oeil la cité assiégée et les positions de combat de ses troupes. Voyant que son armée allait au devant d’une cuisante défaite, il laissa là son campement et sauva sa vie en prenant ses jambes à son cou. Le nom de Bois Domingue laisse présumer que cette colline, couverte à l’origine de forêts, appartenait à un certain Dominicus.

Le panorama de la bataille de Morat

Le panorama de la bataille de Morat a été peint en 1894 par Louis Braun. Il n’a plus été montré au public depuis 1909. Cette immense fresque circulaire mesure 111 m de long sur 10,5 m de haut. Grâce à l’Expo 02, elle a été restaurée pour être exposée à Morat dans le monolithe de Jean Nouvel. La restauration s’est réalisée dans l’ancienne fabrique Von Roll à Berne sous la direction de Volker Schaible. Elle a coûté 1,9 million de francs. C’est l’Union suisse des arts et métiers (USAM) qui s’est chargée de trouver les fonds nécessaires à cette réalisation.

J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages.

Charles Baudelaire (1821 – 1867)

Le succès fut toujours un enfant de l’audace.

Crébillon père (1764 – 1762)