Randonnées pédestres

6. Charmey – La Monse

  • Durée: 3h15
  • Longueur: 10.5 km
  • Dénivelé: 355 m
  • Région: La Gruyère
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez votre voiture dans le parking proche de la piscine, à droite du chemin ; celui de gauche est réservé aux clients de la piscine.
  2. Dirigez-vous vers l'ouest (sentier balisé pour Crésuz) pour atteindre le pont du Javro (poste 1) et le traverser.
  3. Empruntez sur ~300 m la route de Cerniat puis gravissez à gauche les escaliers suivis d'un sentier herbeux qui vous conduiront à l'église de Crésuz (poste 2).
  4. Poursuivez sur Châtel-sur-Montsalvens (poste 3) par un chemin que vous prenez à droite du "Vieux-Chalet".
  5. A Châtel-sur-Montsalvens, descendez vers le barrage de Montsalvens (poste 4).
  6. Un magnifique sentier créé en 2001 vous fait longer le lac puis le ruisseau du Motélon jusqu'au carrefour au pt 894 (poste 5).
  7. Prenez à gauche le chemin gravelé qui monte vers la chapelle de la Monse (pt 972, poste 6).
  8. Un sentier herbeux, peu visible au départ, vous permet de descendre à Charmey (restaurant du Chêne, poste 7).
  9. Quittez la route principale et rentrez au parking par le Perré et montez à droite vers le centre du village.

Remarques

a) Au départ, au lieu de monter à Crésuz, vous pouvez vous diriger directement vers le barrage de Montsalvens par la presqu'île et la passerelle (une vingtaine de minutes en moins).

b) Au retour, à La Tzintre, vous pouvez allonger le parcours en descendant à l'Usine électrique. Un sentier escarpé part de là vers l'église. Il est même possible d'aller jusqu'à la presqu'île pour monter ensuite dans le quartier de la Coop.

La région

Communes et fusions

Val-de-Charmey

2 435 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

  • Charmey
  • Cerniat
Crésuz

333 habitants le 01.01.2017

Châtel-sur-Montsalvens

276 habitants le 01.01.2017

Lieux-dits

  • Le Perré : terre caillouteuse ou sol où la roche affleure
  • La Tsintre : bord, limite ; le bout de champ utilisé pour tourner les attelages
  • Les Levanches : endroit exposé aux avalanches
  • Le Pra : pré
  • La Maula : meule, pierre de moulin ou terre boueuse
  • Charmey : pourrait se traduire par “Galmiz“ , Charmey viendrait du mot “chaux“ : terrain peu productif
  • Cerniat : forêt défrichée

Bossard & Chavan, Nos lieux-dits, Cabédita

Eglise de Charmey

Patron : saint Laurent. La paroisse de Charmey existait déjà en 1228. Le prieuré de Lutry en a été le collateur jusqu’à la Réforme. Ce fut ensuite le comte de Gruyère (pas pour longtemps) qui nomma le curé de Charmey. L’église de Charmey a été restaurée en 1567 puis reconstruite de 1735 à 1738. Elle a été agrandie de 1937 à 1938. On y a placé quatre vitraux de M. Jules Schmid : saint Nicolas de Flüe, la Vierge de Fatima, le Sacré-Coeur et saint Canisius. La chaire est du milieu du 17ème siècle. Il a fallu 200 quintaux de marbre , extraits des carrières de Roche, pour édifier les autels latéraux. Le maître-autel a été érigé en 1882 par M. Torriani, marbrier à Bulle.

Chapelles de Charmey

  1. A la Corbettaz, chapelle de St-Pierre (1643)
  2. Au Pra, chapelle de St-Jean-Baptiste (1633)
  3. En Liderrey, chapelle de Ste-Anne (1597 - 1611)
  4. Aux Arses, chapelle de Notre-Dame de Lorette (fin du 17ème siècle)
  5. Au Pré de l’Essert, chapelle de St-Garin (1648)
  6. A la Monse, chapelle de Saint-François d’Assise (1618)
  7. A l’entrée de la vallée du Gros- Mont, chapelle de Notre-Dame du Pont-du-Roc(1693)
  8. Au Gros-Mont, chapelle de Saint-Jacques (1946)

Oratoire de St-Blaise

Il est situé au bord du chemin qui va de Crésuz à Châtel-sur-Montsalvens. C’est un paroissien de Crésuz, Blaise Ruffieux, qui l’a fait construire en 1700. Au milieu du 20ème siècle, M. Carlo Grisoni, de Bulle, a sculpté un triptyque en chêne : la Vierge avec l’Enfant au centre, saint Blaise à sa droite, et sainte Geneviève à sa gauche.

Le barrage de Montsalvens

A la fin du mois de juin 1921, l’usine électrique de Broc produisait ses premiers kWh grâce au barrage de Montsalvens. A l’époque, la fabrique de chocolat Cailler employait 1780 ouvriers et ouvrières. Montsalvens semble bien être, en Europe, le premier barrage-voûte d’importance construit en béton : hauteur totale 55 m, longueur au couronnement 110 m, largeur à la base 22 m et 2 m au sommet. Il a fallu 26 000 mètres cubes de béton pour l’édifier.

Un sentier autour du lac de Montsalvens

Un sentier au bord de l’eau relie maintenant (en 2001) le barrage de Montsalvens à la vallée du Motélon. Le coût total des travaux s’est élevé à 500 000 francs (y compris le sentier sur l’autre rive et sa magnifique passerelle en bois). Les frais d’entretien pourraient osciller entre 7000 et 10 000 francs par année. Ils seront répartis entre les communes riveraines.

Le mur en pierres sèches de la Monse

Une vingtaine d’apprentis argoviens ont travaillé en octobre 2000 à la réfection du mur en pierres sèches de la Monse, à Charmey. Organisée par Pro Natura en collaboration avec la commune gruérienne, la fondation “Actions en faveur de l’environnement” et le Fonds suisse pour le paysage, cette opération se poursuivra durant trois à quatre ans à raison d’une à deux semaines par année. Trois cents mètres du mur bordant une allée d’érables et de tilleuls seront ainsi rénovés. Cette action coûtera 100 000 francs, une somme répartie entre les quatre partenaires.

Les Bains de Charmey ont été inaugurés

Les Bains de la Gruyère à Charmey ont été inaugurés à la fin mars 2007. La construction imaginée par les architectes Achille Deillon, Olivier Charrière et Alexandre Delley remporte tous les suffrages. Le bâtiment circulaire de bois et de verre se fond harmonieusement dans le décor. Une fois à l'intérieur, le visiteur est frappé par les volumes généreux. Les piscines intérieure (250 m carrés) et extérieure (400 m carrés) sont chauffées à environ 33º C. Ces bassins offrent des cartes postales de la région via les vues panoramiques sur le Moléson ou la vallée de Bellegarde. Les Bains sont reliés à l'Hôtel Cailler par un souterrain. 350 personnes peuvent séjourner simultanément dans ces installations qui comprennent encore un pavillon oriental composé d'un hammam, de deux bains turcs et de salles de massage. Dans la zone nordique,réservée aux adultes, les visiteurs disposent de trois saunas, de la salle de repos et d'un puits d'eau froide. Une trentaine d'employés travaillent dans le centre thermoludique de Charmey. L'ensemble de la construction a coûté 24,3 millions de francs.

Une nouvelle passerelle à Charmey

La passerelle construite en 2001 n'aura duré que huit ans. Elle a été remplacée par un ouvrage suspendu, inauguré en mai 2009. Cinq communes ont financé cette construction : Charmey, Châtel-sur-Monsalvens, Cerniat, Crésuz et Broc. Son coût s'est élevé à 175 000 francs. Quelques autres sponsors ont soutenu cette construction.

L’Hôtel Cailler a été rénové

Construit en 1981 par Claude Cailler, le petit-fils du fondateur de la chocolaterie de Broc, l’Hôtel Cailler a été rénové en 2012. Le coût des transformations pour la seule année 2012 s’est élevé à 3,5 millions de francs. En 2006, l’Hôtel a pris un nouvel essor grâce à la construction des Bains de la Gruyère. Un tunnel créé entre les deux établissements permet aux clients d’accéder aux Bains en peignoir. 55 employés travaillent à l’Hôtel Cailler en 2012.

Personnalités

Le sculpteur Louis Angéloz

Le sculpteur Louis Angéloz est décédé en mars 2002. Souriant et discret, Louis Angéloz n’aimait pas se mettre en vedette. Durant trente-cinq ans, il a vécu et travaillé avec son frère Emile. En 1980, il s’installa à Charmey au “Clos es dones”. La commune de Charmey lui octroya la bourgeoisie d’honneur en 1993. Les frères Angéloz ont collaboré avec l’architecte Dumas et sont intervenus dans une cinquantaine d’églises du canton. Ils ont réalisé des copies de fontaines de la Vieille-Ville de Fribourg. Louis créa le mobilier liturgique de l’église de Charmey, une fontaine pour le home et une sculpture pour le bâtiment administratif de la commune de Charmey. Les deux frères ont vécu au château de Corbières puis à Corminboeuf (Village-Suisse) où Emile est encore domicilié.

L’économie fromagère à Charmey au 18ème siècle

Grâce à ses vastes alpages, le pays et val de Charmey est un centre de production et de conditionnement de gruyère. En 1791, 29 marchands ont acheté la production de 96 fruitiers (fromagers), soit 14377 meules de fromage. Tous les fruitiers sont Fribourgeois. La production moyenne par fruitier est de 150 meules (1 meule par jour durant les 5 mois d’estivage). Vers la mi-septembre, les marchands interviennent. François Pettolaz (1731 - 1806) du Praz achète 1304 meules en 1791. C’est un personnage charismatique de la région. Il sera admis dans le patriciat en 1787 et construira (en 1798) une superbe maison à Charmey (la “carrée” du Gros-Plan). De nombreux marchands de fromage appartiennent à cette famille. Les caves d’affinage se trouvent à la Tsintre qui devient un lieu de passage très important. Le restaurant du même nom est très fréquenté. Beaucoup de mulets et de chevaux assurent le transport des fromages jusqu’à Bulle ou Vevey. La vente du gruyère enrichit plusieurs familles. Ces nouveaux riches imitent les patriciens de Fribourg. Certains accèdent au patriciat. Ils construisent des chapelles et de belles maisons. Mais le développement de l’économie fromagère se fait au détriment des terres à blé qui nourrissent la population. Le commerce détruit peu à peu l’autarcie du pays et val de Charmey. Les jeunes s’engagent dans les armées étrangères. Des familles émigrent en France où elles se mettent à fabriquer du comté (en Franche-Comté, une imitation du gruyère).

– Si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au mmonde.

– Je serai pour toi unique au monde…

Antoine de Saint-Exupéry

– Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?

– Ca signifie « créer des liens ».

Antoine de Saint-Exupéry