Randonnées pédestres

165. Le Guintzet – L’Auge

  • Durée: 2h30
  • Longueur: 8 km
  • Dénivelé: 237 m
  • Région: La Sarine
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Empruntez la Promenade du Guintzet (magnifiques arbres), puis descendez les Escaliers du Guintzet dans le quartier de Gambach (superbes maisons du début du 20ème siècle, certaines dues à l’architecte Léon Hertling).
  2. Vous arrivez à la Rue Louis Weck-Reynold (poste 1). Louis Weck-Reynold (1823 – 1880) : ancien Conseiller d’Etat.
  3. Passez devant la Tour Henri puis dans les jardins de l’Université.
  4. Dirigez-vous vers l’église du Collège St-Michel (poste 2).
  5. Descendez à la Rue de Lausanne par les Escaliers du Collège (passage pittoresque).
  6. Vous arrivez à l’Hôtel de Ville (poste 3). Suivez ensuite la Grand-Rue, le Stalden, la Rue de la Lenda. Vous parvenez au pont de Zaehringen (passage inférieur, poste 4).
  7. Pénétrez quelque peu dans le Grabensaal puis traversez la Sarine sur la passerelle du Grabensaal. Vous poursuivez sur la Route des Neigles et la passerelle des Neigles (poste 5). Grimpez les escaliers qui vous conduisent à la porte de Morat. Empruntez la route de Morat pour arriver à la gare "Poya" (poste 6).
  8. Dirigez-vous vers le stade St-Léonard.
  9. Prenez le Chemin de l’Abbé Freeley (fondateur du FC Stella, FC Fribourg dès 1917).
  10. Passez devant la maison des missions de Bethléem à Torry (poste 7).
  11. Gravissez la colline de Torry.
  12. Un peu plus loin, descendez la Route des Bonnesfontaines (superbes platanes).
  13. Vous atteignez la Route du Jura (poste 8) puis au bout de 300 m vers le nord-ouest l’étang du Jura (poste 9).
  14. À l’étang, prenez le chemin qui vous amène à la Route de la Broye (poste 10).
  15. Traversez la Route de la Broye pour accéder à la Route du Champ-Fleuri.
  16. Au bout de cette petite route, gravissez trois marches d’escalier. Vous êtes en pleine campagne sur un sentier qui vous ramène au parking du Guintzet.

Remarque

Vous trouverez d'autres renseignements sur Fribourg dans les parcours 27, 86 et 102

Ref. carte: Fribourg 1 : 25 000

La région

Communes et fusions

Fribourg

38 829 habitants le 01.01.2017

Granges-Paccot

3 606 habitants le 01.01.2017

Communes ayant fusionné :

Le village de Granges-Paccot sort de la ville de Fribourg en 1793. Il devient une commune à cette date.

Lieux-dits

  • Torry : Ce terme désigne la hauteur
  • La Poya : La montée
  • Le Palatinat : Le petit palais

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Le Guintzet

Le mot "guintzet", "guinchet" veut dire petite porte. C'est sur la colline du Guintzet de Fribourg que s'élevaient non seulement la potence, mais aussi la guillotine appelée taille-tête. Cet instrument comprenait essentiellement une ouverture semi-circulaire, appelée guintzet, dans laquelle on introduisait la tête du condamné, coupée net ensuite par un couteau pesant, glissant entre deux montants. A l'origine, le mot "guintzet" désignait donc la petite ouverture pour la tête du condamné, puis la guillotine et enfin la colline où se trouvait la guillotine.

Une place pour la Catillon

Catherine Repond, alias Catillon, a enfin sa place à Fribourg. Elle a été inaugurée le 12 octobre 2010 au Guintzet. Sur la plaque bleue, accrochée à un arbre derrière le panorama, est inscrit : "Place Catherine-Repond, dite Catillon (1663 – 1731), brûlée comme dernière sorcière au Guintzet, lieu d'exécution avant 1798".

L'université de Fribourg

L'Etat de Fribourg a fondé l'université en 1889. Elle est d'abord installée dans l'actuel Lycée du collège St-Michel. La faculté des sciences est logée en 1896 dans la fabrique de wagons, à l'extrémité sud du plateau de Pérolles. L'Université de Miséricorde, entre l'avenue Weck-Reynold et la route du Jura, a été construite dès 1939 par les architectes Fernand Dumas et Denis Honegger, les futurs auteurs de l’église du Christ-Roi. Les Instituts de physique, de physiologie, de chimie et les Sciences économiques, de construction récente, s'élèvent aussi sur le plateau de Pérolles. La chapelle de Miséricorde présente des peintures murales de Maurice Barraud, des vitraux d’Alexandre Cingria et un autel de Marcel Feuillat. Près de la chapelle, une grande mosaïque romaine provenant de Cormérod représente le combat de Thésée et du Minotaure dans le labyrinthe.

Le Collège St-Michel et l’église St-Michel

Le collège fut fondé en 1580-82 et sa direction confiée au Jésuite hollandais Pierre Canisius. Les bâtiments de l’établissement furent construits en 1584-96. L’église, érigée en 1604-13, est un édifice de style gothique tardif dont l’intérieur a été transformé en 1756-71 et comporte un somptueux décor rococo stuqué et peint. Maître-autel de 1766 modifié en 1942 pour recevoir la châsse de saint Pierre Canisius. Dans les chapelles latérales, autels du 18e-19e s. A côté de l’église, bâtiments du Collège de style Renaissance, les deux premières ailes datent de 1584-95, la troisième de 1660. Le lycée fut construit en 1829-38.

Cinq rues et ruelles baptisées récemment dans le quartier de l'Auge.

En juin 2010, cinq rues ou ruelles ont été baptisées dans le quartier de l'Auge.

1. La promenade des Bolzes (près du terrain de foot du FC Etoile-Sport).

A l'origine, "les Bolzes" étaient le surnom donné aux gamins de la Basse-Ville, qui faisaient les 400 coups dans les rues. Puis, le terme a désigné les habitants de l'Auge qui parlent un mélange de français et d'allemand.

2. La ruelle des Rababous (près du Petit-Saint-Jean).

Etymologiquement, Rababou signifie voleur de bois. C'est ainsi qu'on appelait les habitants de l'Auge au 19ème siècle. Comme ils étaient très pauvres, ils allaient emprunter du bois chez les riches à Bourguillon ou se servir dans les forêts du haut, pour pouvoir se chauffer. Plus tard, le Rababou est devenu, à tort, le personnage que l'on fait flamber à carnaval.

3. La promenade du Saumon (rive droite de la Sarine, près de la rue des Forgerons).

Cette appellation rappelle que l'on pêchait le saumon dans la Sarine jusqu'au début du 20ème siècle. Elle nous rappelle aussi l'existence de la fameuse auberge du Saumon. Située à droite en sortant de la porte de Berne, elle était le paradis des rendez-vous galants.

4. La ruelle des Polètses (près du pont de Berne et de la rue des Forgerons).

"Les polètses", c'est le terme que l'on employait pour les fameuses billes. Cette rue a été dénommée ainsi parce que c'était l'endroit préféré des enfants de l'Auge pour pratiquer le jeu de billes.

5. La promenade des Légendes (rive gauche de la Sarine au Grabensaal).

Cette appellation est un hommage à Hubert Audriaz pour toutes les activités qu'il développe à Fribourg.

La fontaine de la Samaritaine

Œuvre Renaissance de Hans Gieng, vers 1550. Bassin rectangulaire en calcaire. Le groupe sculpté représente le Christ et la Samaritaine au puits de Jacob, un puits circulaire surmonté d'une arcade en plein cintre richement ornée d'un décor sculpté : péché originel, Agneau mystique.

La fontaine de Sainte-Anne

A la place du Petit-Saint-Jean. Fontaine de Sainte-Anne (patronne de la corporation fribourgeoise des tanneurs). Création Renaissance de Hans Gieng (1557-59). Bassin rectangulaire en pierre de la Molière (v. 1760). Monstres marins sur la colonne. Chapiteau corinthien de Joseph Tschupphauer (v. 1760).

Le pont de Zaehringen

Le pont de Zaehringen a été construit en 1832-34 (le pont suspendu le plus long du monde) sous la direction de l'ingénieur Joseph Chaley. Principale attraction de la ville pour le tourisme à ses débuts. Remplacé en 1922-24 par une lourde construction à arcades conçue par les ingénieurs Jules Jaeger et Armin Lusser, les architectes étant Albert Froelich et Augustin Genoud.

Le château de la Poya

C'est un exemple précoce et unique en Suisse d'une importante résidence estivale d'apparat, de style palladien. Ce bâtiment, qui domine un grand parc romantique, a été construit en 1699-1701 par un architecte inconnu pour le bourgmestre et avoyer François-Philippe de Lanthen-Heid. Une balustrade dissimule la toiture à quatre pans presque plate. Un fronton curviligne couronne un portique dorique. La grande terrasse qui s'étend devant la façade principale, communiquant avec le parc par un escalier à double volée , propose un beau panorama sur le Bourg et la cathédrale.

Palladio (Andrea di Pietro, dit). Padoue (1508 – 1580) Vicense).

Architecte italien très célèbre. Il a construit plusieurs église à Venise. Il manie les formes classiques, qu'il teinte de maniérisme, avec une admirable variété. Il a exercé une très forte influence sur l'architecture européenne, et notamment anglaise.

Freeley Frederik-George (1881-1942), Southampton/Angleterre.

Ecclésiastique et pionnier du sport. Venu à Fribourg pour étudier la théologie, il se fit connaître en pratiquant le football avec le FC Stella (FC Fribourg depuis 1917) dont il fut également président. Il fit beaucoup pour que le sport entrât dans les mœurs, notamment par sa brochure : L'école, le sport et le prêtre (1914).

Le home des Bonnesfontaines restauré et agrandi

En octobre 2011, après deux ans de travaux, La Résidence bourgeoisiale des Bonnesfontaines, à Fribourg, a rouvert ses portes. Le confort des résidents a été amélioré : les chambres sont devenues plus spacieuses, des toilettes et des douches privatives ont été créées. Le bâtiment accueille aujourd’hui 87 résidents, soit sept de plus qu’auparavant, dans un espace accueillant et riche en couleurs : du vert, du violet, etc. Au rez-de-chaussée, une grande salle pour les manifestations, la cafétéria publique, un salon de coiffure, une salle d’informatique et une chapelle viennent compléter les infrastructures. Les aspects écologiques ont été largement pris en compte : des panneaux solaires ont été installés en toiture pour l’eau chaude sanitaire. L’isolation et la ventilation correspondent aux normes Minergie et les matériaux choisis pour les revêtements des sols sont naturels. L’agrandissement et la rénovation ont coûté près de 25 millions de francs.

Béda Hefti

Originaire du canton de Glaris, l'ingénieur Béda Hefti est venu s'établir à Fribourg au début du 20ème siècle. En 1923, il a construit les Bains de la Motta, en collaboration avec les architectes Frédéric Broillet et Augustin Genoud. Béda Hefti est l'auteur du ski-lift de la Berra. Grand sportif, il a fondé le Club athlétique Fribourg (CAF) en 1932. C'est aussi lui qui a introduit le basket à Fribourg. Il a encore contribué à lancer la course Morat-Fribourg. Dans les années 1950, il est à la tête du club fribourgeois d'aviation et participe à la création de l'aérodrome d'Ecuvillens.

Le pont de la Poya

Après 50 ans d’attente et 6 ans de travaux, le pont de la Poya a été officiellement inauguré le vendredi 10 octobre 2014 en présence de la conseillère fédérale Doris Leuthard. Il a été ouvert au public le lendemain et les voitures ont pu l’emprunter le dimanche 14 octobre. La construction de ce pont a été rendue nécessaire pour protéger le quartier du Bourg et sa cathédrale du trafic de transit. La pollution causait des dégâts irrémédiables aux bâtiments de ces quartiers historiques. Avec sa portée centrale de 196 m, il est le plus long pont haubané de Suisse. La société Freyssinet SA, dont le siège suisse est à Moudon, a fourni et installé ces haubans. Les haubans sont des câbles partant des mâts du pont et venant supporter sa partie horizontale, le tablier. Ils mesurent de 30 à 95 m de long. Il n’y a que 4 ou 5 ponts haubanés en Suisse. La longueur du pont atteint 852 m et la largeur du tablier 19,25 m. Les 2 mâts implantés au sol s’élèvent à 110 m. Le concepteur du pont de la Poya est monsieur Bernard Houriet. Le prix de l’ouvrage grimpera à 220 millions de francs. La nouvelle halte ferroviaire dans le quartier de Saint-Léonard sera mise en service le dimanche 14 décembre 2014. Un grand concert-spectacle « Pontéo » sera créé au mois de novembre 2014 en l’honneur de ce magnifique pont qui a attiré 50 000 personnes le jour de son ouverture au public. Le texte de cette œuvre a été écrit par Josiane Haas, la musique a été composée par Pierre Huwiler et la mise en scène est de Benoît Roche et Maxime Beltran.

Le Collège Gambach a été inauguré

Le nouveau Collège de Gambach a été inauguré le 26 septembre 2014. L’ancien collège, datant de 1914, a été rénové et trois nouveaux bâtiments ont été construits, le tout pour 58 millions de francs. 43 salles de classe permettront d’accueillir 850 élèves. Deux salles de sport, dont une équipée d’un mur de grimpe, ont été aménagées au sous-sol des bâtiments B et C qui donnent sur l’avenue de Gambach. Côté avenue Weck-Reynold, le bâtiment D abrite les salles spéciales de musique et de sciences, une bibliothèque sur deux niveaux, une mensa ainsi qu’une aula.

Si tu gagnes de l’argent à parler, tu gagnes de l’or à te taire.

Il y a des femmes dont l’nfidélité est le seul lien qui les attache encore à leur mari.