Randonnées pédestres

168. Romont – Montjoret

  • Durée: 2h25
  • Longueur: 10 km
  • Dénivelé: 170 m
  • Région: La Glâne
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Prenez le petit sentier bitumé, près du CO. Il descend vers l'est, jusqu'au terrain de foot de Mézières (poste 1 à la passerelle sur la Glâne).
  2. Poursuivez vers le nord jusqu'au restaurant de la Parqueterie (poste 2).
  3. Faites ~20m, en bordure de route, direction Mézières, pour emprunter à gauche un chemin bitumé. Vous passez devant deux fermes. ~20m après la 2ème, montez à droite, sur un sentier herbeux, vers la Montagne (poste 3 à la ferme).
  4. A cette ferme, partez vers le nord-est jusqu'à la route Romont-Berlens. Vous passez devant l'ancienne école des Glânes.
  5. Marchez ~100m vers Berlens. Juste après l'arrêt de bus (poste 4), descendez à gauche. Ce chemin goudronné vous conduit à la route Rommont - Massonnens. Au carrefour (poste 5), tournez à gauche vers Romont.
  6. Vous traversez le hameau de La Longeraie. A 200m avant la grande construction (patinoire), prenez à gauche le chemin gravelé et balisé pour Romont.
  7. Vous passez devant la Fille-Dieu (poste 6) pour atteindre ensuite Chavannes-sous-Romont.
  8. Prenez le chemin de la Gillabert puis les escaliers qui vous conduisent à la route de 1ère classe.
  9. Traversez cette artère pour accéder au chemin du Brit. Au bout du chemin (poste 7), le rempart ouest de la ville vous invite à la suivre jusqu'à la Banque cantonale (extrémité du rempart, poste 8).
  10. Descendez la route de la Belle-Croix (la Coop est à droite).
  11. Au carrefour de la Belle-Croix, prenez la route d'Arruffens pour retourner à votre parking du Bicubic.

Remarque

Vous trouverez d'autres renseignements sur Romont dans les parcours 48, 49, 50, 64, 109, 113 et 169.

La région

Communes et fusions

Romont

4272 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné :

  • Arruffens
  • Les Glânes
  • Romont

Dernière fusion en 1981

Lieux-dits

  • Mottex : tertre, petite élévation
  • La Longeraie : long sillon
  • Rosy : endroit marécageux avec beaucoup de roseaux
  • L’Ochetta : plantage plus grand que le jardin
  • La Faye : forêt de hêtres
  • La Foule : bâtiment où s’exerçait le foulage (comprimer les draps ou traiter les cuirs)
  • Les Brévires : endroit couvert de bruyères
  • Les Bioleires : bosquet ou ensemble de bouleaux
  • Le Closy : petit pré mis à clos (clôture)
  • Bochalet : petit bosquet

Bossard & Chavan, Nos Lieux-dits, Cabédita

Le château de Romont

L’histoire de Romont ne commence qu’à l’arrivée dans le Pays de Vaud de Pierre de Savoie, le Petit Charlemagne. Doué d’une intelligence supérieure et d’une volonté de fer, animé d’une ambition tenace, il possédait aussi des qualités militaires et administratives de premier ordre. En 1239, il reçut l’hommage d’Anselme de Billens qui possédait déjà un modeste château à Romont. Pierre de Savoie fit construire un nouveau château et des remparts. En 1244, l’évêque de Lausanne autorisa Pierre de Savoie à édifier et doter une église à Romont. Auparavant, toute la colline dépendait de la paroisse de Billens. Pierre II de Savoie mourut en 1268 après avoir apporté à la couronne comtale le Pays de Vaud, soit le canton de Vaud actuel et une grande partie du canton de Fribourg. La construction du château de Romont (le Vieux Château ou château savoyard) a commencé entre 1240 et 1250 pour se terminer en 1261-62. Ce château fut construit sur le plan dit savoyard, soit une enceinte carrée, avec un donjon circulaire, plus facile à défendre. Le rempart crénelé était muni d’un chemin de ronde en forme de galerie de bois. On accédait dans la cour par un pont-levis remplacé en 1816 par un pont de pierre. Le bâtiment de la Préfecture date des années 1580 ; il est appelé “ château fribourgeois”. La porte principale est surmontée d’une assez grande sculpture (1624) représentant les armoiries de la ville de Romont entre deux écussons du canton de Fribourg, le tout sous un écusson de la ville de Fribourg (trois tours rondes) surmonté lui-même de l’aigle impérial. Cette composition est soutenue par deux lions avec les écus des familles de Buman et de Montenach. Le donjon a une hauteur de 37,5 m ; sa circonférence est de 30,15 m à la base et 28,55 m au sommet. L’épaisseur des murs est de 2,9 m au sol ; elle diminue de 50 cm jusqu’à son plus haut point. Un puits datant de 1586 se trouve au pied du donjon. Une roue de 4,5 m de diamètre permettait de monter un seau rempli d’eau.

Le monastère de la Fille-Dieu

L’Abbaye de la Fille-Dieu a été fondée en 1268, soit 24 ans après la fondation de Romont. Du monastère médiéval qui se trouvait à l’origine au sud de l’église, il ne subsiste que l’hôtellerie , transformée en 1695. Les bâtiments conventuels, situés au nord de l’église, datent de 1730. En 1872, une hôtellerie de trois étages avait été construite dans les deux tiers ouest de la nef. Ces locaux ont été supprimés lors de la récente restauration. L’église abbatiale a été, de 1991 à 1996, l’objet d’une importante transformation. Les murs et encadrements médiévaux ont été rénovés. Les piliers du 15ème siècle en chêne portent la nouvelle charpente. La forme du plafond a été restituée sur la base des indications archéologiques. Les peintures murales, pour la plupart du 14ème, quelques-unes du 16ème siècle, ont été restaurées. Sur l’arc triomphal, on voit un Christ en majesté. La grille en fer forgé date du début du 18ème siècle. Elle est l’oeuvre du ferronnier Karpf. La statue de la Vierge du Salve est d’origine champenoise et date du 14ème siècle. La Pietà du bas-côté sud est une copie de la statue du 14ème siècle qui se trouve en clôture. Les vitraux sont l’œuvre de l’artiste anglais Brian Clarke. Les stalles datent de 1618. Entre 1913 et 1995, elles se trouvaient dans le chœur de l’église de Billens.

Le Musée Suisse du Vitrail de Romont

Le Musée Suisse du Vitrail a été fondé en 1981. Situé dans le superbe cadre du château savoyard du 13ème siècle, il présente une collection permanente de vitraux anciens, armoriés et contemporains ainsi que des expositions temporaires. Un atelier de peintre verrier propose la découverte des techniques de l’art du vitrail. Une collection d’outils unique au monde est exposée et un artisan travaille les premiers week-ends du mois, d’avril à novembre. Des cours sont également organisés. En l’an 2000, le musée a hérité de la collection de peinture sous verre de Ruth et Frieder Ryser qui compte environ 1100 objets. Pour pouvoir l’exposer, le musée devra s’agrandir. Le projet immobilier concerne d’abord les anciens appartements du préfet.

Le Musée du vitrail rénové et agrandi

Après deux ans de travaux de réaménagement et d'agrandissement, le Vitromusée Romont (nouvelle appellation) a été inauguré le 7 octobre 2006. Le château savoyard (13ème siècle) a subi quelques transformations, la plus importante étant la construction d'une nouvelle cage d'escalier et l'installation d'un ascenseur. La partie externe, sous l'avant-toit, appelée Orangerie, a été fermée par une baie vitrée et doit permettre la présentation d'œuvres de grand format. Une passerelle vitrée, à la hauteur du premier étage, conduit le visiteur du château savoyard au château fribourgeois (16ème siècle) réservé à la peinture sous verre. En l'an 2000, le couple bernois Ruth et Frieder Ryser avait fait don au Musée de Romont de sa collection unique au monde de peintures sous verre, comprenant plus de 1100 œuvres, dont certaines rarissimes. Trois à quatre cents de ces pièces sont exposées dans cette partie du château. L'agrandissement et le réaménagement du Vitromusée ont coûté près de 5 millions de francs. L'Etat de Fribourg a subventionné les travaux à hauteur de 3,5 millions de francs. La loterie romande a versé 800 000 francs. L'Office fédéral de la culture et la commune de Romont s'acquitteront du solde. Le Centre de recherches sur le vitrail (Vitrocentre) occupe toujours les locaux de l'ancienne gendarmerie.

Le Bicubic a été inauguré

Le centre culturel et de sports de la Glâne (CCSG) a été inauguré en novembre 2005. Il a changé de nom à cette occasion pour s'appeler le Bicubic. En 2002, le peuple glânois avait accepté en votation un crédit de 20,9 millions de francs pour sa construction. Son coût final s'élève à 21,5 millions de francs. Romont paiera environ 9,3 millions, Mézières 520 000 francs et Billens-Hennens 350 000 francs. Ces trois communes occuperont les halles de sport pour les leçons de gymnastique données à leurs élèves de l'école primaire. Les autres communes du district verseront 7 millions. Le canton octroiera une subvention de plus de 2,5 millions de francs. Un prêt LIM de 6 millions de francs a été accordé. Le Bicubic est une construction longue de 75 m, sise au bord de la route d'Arruffens. Le bâtiment comprend une halle de sport triple qui peut être divisée à l'aide de rideaux. Sa spécificité tient dans ses gradins amovibles motorisés. Mille personnes peuvent y trouver une place assise. D'une capacité de 475 places, la salle de spectacles abrite une scène de 140 mètres carrés. Les sièges sont rouges dans un environnement noir. Outre un bar situé devant la salle, l'immeuble contient une galerie pouvant servir de lieu d'exposition. Un lobby à l'ambiance détendue offre enfin un superbe coup d'œil sur la Glâne et les Préalpes. Le rez inférieur renferme les vestiaires, la loge et le foyer des artistes. Installée dans une annexe, la centrale de chauffage à bois alimente le Bicubic, le bâtiment du CO et quelques immeubles du quartier d'Arruffens. Des gens du spectacle n'ont pas tari d'éloges sur ce nouveau complexe à l'esthétique futuriste et à l'équipement technique irréprochable. Il est l'œuvre du bureau d'architecture Jean-luc Grobéty à Fribourg.

Erie Electroverre

Fondée en 1935 sous la raison sociale ELECTROVERRE ROMONT SA, l’entreprise rejoint le groupe Sybron Corp. en janvier 1983 et devient ERIE-ELECTROVERRE SA. C’est chez elle qu’a été développé et construit le premier four à verre entièrement électrique. Grâce aux améliorations constantes introduites ces dernières décennies, la société dispose aujourd’hui d’un four de 2600 kW d’une contenance de 200 tonnes de verre en fusion et d’une capacité de 40 tonnes par jour. Il alimente deux étireuses Fourcault spécialement conçues pour la production de verre mince. ERIE-ELECTROVERRE SA fabrique exclusivement du verre extra-blanc à faiblle teneur en fer dans des épaisseurs comprises entre 0,6 mm et 4 mm. Ses produits sont particulièrement indiqués pour des applications dans le domaine des laboratoires, de l’industrie, de la photographie et de l’électronique. L’usine occupe 100 collaborateurs.

Le moulin de Romont a 100 ans

L'association du Moulin agricole de Romont a été créée le 8 août 1908. Peu de temps après, elle fait l'acquisition des locaux de l'ancienne brasserie de Romont, propriété de M. Corboz et sise sur les rives du Glaney, à Chavannes-sous-Romont. Bâtiment et machines sont acquis pour le prix de 60 000 fr. M. Edmond Hafenmayer, premier meunier, entre en fonction le 8 novembre. Au décès de M. Hafenmayer, en 1937, c'est M. Albert Stern qui reprend les rênes de l'entreprise, aujourd'hui gérée par son fils Daniel. En 1941, la coopérative devient une société anonyme. Le 30 septembre 1963, un incendie détruit l'ensemble des immeubles. En 2005, le terme "agricole" disparaît de la raison sociale qui devient Moulin de Romont SA. Aujourd'hui (en 2008), le Moulin de Romont transforme annuellement quelque 4000 t de céréales, ce qui génère un chiffre d'affaires annuel de près de 4 millions de fr. Il occupe 10 collaborateurs dont 2 apprentis.

Défiez-vous de ceux qui vous font de petites confidences, c’est pour vous en tirer de plus grandes.

Chevalier de Méré (1607 – 1684)

Les mariés ne vivent pas plus longtemps que les célibataires ; la vie leur paraît seulement plus longue.

Inconnu