Randonnées pédestres

49. Romont – Mézières

  • Durée: 2h45
  • Longueur: 10.5 km
  • Dénivelé: 240 m
  • Région: La Glâne
Télécharger la version GPS
Description

Postes

Carte

Description

  1. Garez la voiture dans le parking du Bicubic à Arruffens, alt. ~720 m
  2. Traversez la route pour être devant la salle. Faites ~150 m vers la ville et descendez à droite sur un sentier goudronné proche du CO.
  3. Au bas du sentier, continuez à droite sur le beau chemin gravelé vers le sud-ouest (poste 1 au passage à niveau sur la ligne Romont – Bulle – Fribourg .
  4. Juste avant la chapelle Ste-Anne, descendez à gauche le long de la haie vers la Glâne (poste 2 sur le pont,pt 694.
  5. Continuez tout droit sur ce chemin bétonné. Au 1er car., obliquez à gauche. Au bout de 300 m, traversez une 2ème fois la voie ferrée Romont – Bulle – Fribourg. Vous arrivez à Mézières.
  6. Empruntez, vers la droite, le trottoir. Au bout d'une centaine de m, montez à gauche.
  7. Vous arrivez bientôt au château (poste 3).
  8. Poursuivez tout droit. Ne prenez pas le 1er chemin goudronné qui monte à droite juste après le château. Il est sans issue.
  9. Après être passés devant un immeuble locatif, montez sur le chemin de droite (moins de circulation). Ne vous engagez pas, un peu plus loin, sur un 2ème chemin à droite. Il est aussi sans issue.
  10. Vous rejoignez la route Mézières – Berlens. Une bifurcation s'offre bientôt à vous. Choisissez à droite le chemin de la Cabane forestière qui passe devant le stand de tir (poste 4).
  11. Parvenus aux réservoirs d'eau, vous avez encore ~500 m à parcourir jusqu'à l'oratoire (poste 5). Pour le trouver, pénétrez ~50 m à gauche dans la forêt. A droite, c'est la cabane forestière.
  12. Un superbe chemin gravelé vous emmène vers le nord-est jusqu'au carrefour avec le chemin du TP (poste 6).
  13. Suivez maintenant le balisage pour Romont. Traversez vers la gauche la forêt des Brevires.
  14. A la route Mézières – Berlens, allez tout droit vers Les Planches.
  15. Descendez à gauche vers la ferme de la Montagne (poste 8).
  16. Vous rejoignez peu après la route Romont – Berlens (poste 9).
  17. Chavannes-sous-Romont vous sourit au carrefour du pt 702 (poste 10).
  18. Vous n'éviterez pas un dernier coup de collier pour gravir la colline de Romont (Ch. de la Gillabert puis chemin du Brit). Le poste 11 vous attend à l'entrée de la Promenade des Avoines, sous le rempart.
  19. La Promenade des Avoines se termine à la Banque cantonale (poste 12).
  20. Rejoignez votre parking en descendant la rue Gérard Clerc. Vers la fin de la descente, dirigez-vous à gauche vers la Coop. La rue Pierre de Savoie vous ramène au parking du Bicubic.

Remarque

Vous trouverez d’autres renseignements sur Romont dans les parcours 48 – 50 – 64 – 109 – 113 – 168 – 169.

La région

Communes et fusions

Romont

4272 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné :

  • Romont
  • Arruffens
  • Les Glânes

Dernière fusion en 1981

Mézières

989 habitants le 31.12.08

Communes ayant fusionné (2004) :

  • Berlens
  • Mézières

Lieux-dits

  • Romont : mont rond.
  • La Bioleyre : bosquet ou ensemble de bouleaux.
  • Chesalles : petite hutte, souvent au pluriel.
  • Montaney : terrain montueux, colline.
  • La Confrérie : terrain appartenant à une Confrérie qui était, au Moyen Age, une association de laïcs accomplissant des oeuvres de piété et de charité
  • Les Dailles : plantation ou forêt de pins sylvestres.
  • La Taille : clairière.
  • Les Paccots : bourbier, terre marécageuse.
  • La Coulat : glissement de terrain, éventuellement petit ruisseau.
  • La Vignette : petite vigne, petit vignoble.
  • La foule : bâtiment, local où s’exerçait le foulage ; il s’agissait soit de comprimer les draps nouvellement tissés pour les rendre plus serrés, soit, accessoirement, de traiter les cuirs dans des foulons, soit encore de fabriquer le feutre.
  • Mézières : murailles (macerias).
  • La Neirigue : eau noire.
  • Le Sendey : sentier (semita).
  • Rueyre : chêne rouvre ou sessile, plus trapu et ramifié que le chêne pédonculé ; les glands sont fixés tout près des rameaux.
  • Les Vernes : bosquet ou taillis d’aune.
  • Montaney : terrain montueux, colline.
  • Les Brévires : endroit couvert de bruyères.
  • Bochalet : petit bosquet.
  • La Faye : forêt de hêtres.

Bossard & Chavan, Nos lieux-dits, Cabédita

Le château de Romont

L’histoire de Romont ne commence qu’à l’arrivée dans le Pays de Vaud de Pierre de Savoie, le Petit Charlemagne. Doué d’une intelligence supérieure et d’une volonté de fer, animé d’une ambition tenace, il possédait aussi des qualités militaires et administratives de premier ordre. En 1239, il reçut l’hommage d’Anselme de Billens qui possédait déjà un modeste château à Romont. Pierre de Savoie fit construire un nouveau château et des remparts. En 1244, l’évêque de Lausanne autorisa Pierre de Savoie à édifier et doter une église à Romont. Auparavant, toute la colline dépendait de la paroisse de Billens. Pierre II de Savoie mourut en 1268 après avoir apporté à la couronne comtale le Pays de Vaud, soit le canton de Vaud actuel et une grande partie du canton de Fribourg. La construction du château de Romont (le Vieux Château ou château savoyard) a commencé entre 1240 et 1250 pour se terminer en 1261-62. Ce château fut construit sur le plan dit savoyard, soit une enceinte carrée, avec un donjon circulaire, plus facile à défendre. Le rempart crénelé était muni d’un chemin de ronde en forme de galerie de bois. On accédait dans la cour par un pont-levis remplacé en 1816 par un pont de pierre. Le bâtiment de la Préfecture date des années 1580 ; il est appelé “ château fribourgeois”. La porte principale est surmontée d’une assez grande sculpture (1624) représentant les armoiries de la ville de Romont entre deux écussons du canton de Fribourg, le tout sous un écusson de la ville de Fribourg (trois tours rondes) surmonté lui-même de l’aigle impérial. Cette composition est soutenue par deux lions avec les écus des familles de Buman et de Montenach. Le donjon a une hauteur de 37,5 m ; sa circonférence est de 30,15 m à la base et 28,55 m au sommet. L’épaisseur des murs est de 2,9 m au sol ; elle diminue de 50 cm jusqu’à son plus haut point. Un puits datant de 1586 se trouve au pied du donjon. Une roue de 4,5 m de diamètre permettait de monter un seau rempli d’eau.

Le châteu de Mézières

Le nom du village vient du mot latin “maceria” qui désigne une muraille ou une maison. Effectivement, on y a trouvé un grand établissement romain, occupant un plateau de 200 m environ de longueur, situé sous le château, la cure et des jardins, ainsi que des monnaies. Le nom de Mézières est mentionné pour la première fois en 1179. Mézières a toujours fait partie du ressort de Romont et ses habitants devaient contribuer à la construction et à l’entretien des fortifications de Romont. A la fin du 14ème siècle, Mézières était une petite seigneurie, et depuis lors elle a souvent changé de mains. Elle appartenait alors au donzel Georges de Bonvillars. Son arrière-petit-fils, prénommé Pierre, était docteur es lois et son érudition le fit parvenir à la présidence du Conseil ducal de Chambéry. Le dernier de la famille de Bonvillars à être seigneur de Mézières fut Charles de Bonvillars. En 1627, la seigneurie fut adjugée à Nicolas de Diesbach, seigneur de Prangins. Dès 1655, le fief de Mézières devint propriété de familles comtoises. Frédéric de Diesbach racheta la propriété qui resta dans sa famille jusqu’en 1871. Le château actuel est une belle maison des 16ème et 17ème siècles, mais il a été construit sur des assises bien plus anciennes. Assaini durant la seconde moitié des années nonante, le château de Mézières devra encore être rénové pour accueillir d’ici à 2005 le Centre suisse du papier peint. C’est le bureau d’architecture Page Aloys, Geneviève et Frédéric qui a remporté le ler prix. La rénovation est devisée à 1,7 million de francs. En 2001, la Loterie romande a déjà accordé un don d’un million de francs à la fondation.

La chapelle de Ste-Anne

La chapelle de Ste-Anne a été construite en 1676, à la suite d’un voeu fait par M. Jean Moret de Romont. C’était jadis un lieu de pèlerinage assez fréquenté. Sa nef fut supprimée en 1860 de telle sorte qu’il ne subsista que le choeur. En 1950, on y ajouta un porche avec des piliers en pierre naturelle. La chapelle a été complètement restaurée à la fin des années 1990.

L’église de Mézières

Patron : saint Pierre-aux-Liens. Mézières formait déjà une paroisse en 1228. La nouvelle église de Mézières, dont l’architecte est M. Dumas, a été consacrée en 1939. Le verre y est roi. Protégée,semble-t-il par des plaques de verre,mais peinte en réalité au verso de celles-ci, une vaste composition de M. Emilio Beretta, couvre d’un mur à l’autre, toute la surface terminale du choeur rectangulaire et de même largeur que la nef. Le même procédé du “sous-verre” a été utilisé par M. Beretta pour le chemin de la croix. M. Feuillat a fait le tabernacle : une belle Pieta surmontée d’un demi-cylindre de lames de verre, que termine un calvaire. Il a confectionné également les fonts baptismaux qui ont été ornés par M. Willy Jordan de motifs symboliques en céramique bleue et blanche. M. Landry a décoré la poutraison du plafond. M. François Baud a créé le calvaire qui se trouve à l’entrée de l’église. Les autels latéraux sont de M. Remo Rossi.

Sugnaux électromécanique SA à Romont

A l’étroit dans ses locaux de Billens, le fabricant de robots pour soigner les meules de fromages a déménagé à Romont en 2002. L’entreprise occupe 26 personnes et produit, tous modèles confondus, entre 20 et 25 machines par an. Elles sont de plus en plus petites : le dernier modèle de robot, qui traite deux meules à la fois, a fait passer la machine de 4,10 m à 2,5 m de longueur. Quelque 700 clients utilisent aujourd’hui des machines Sugnaux, de la petite machine manuelle aux robots bourrés d’électronique. Les robots sont capables d’aller chercher les meules de fromage sur leur rayon, de les frotter et des les arroser de saumure. Ceci au rythme de 120 pièces à l’heure.

Une nouvelle place de sport à Romont

En automne 2008, de nouvelles installations sportives proches du Bicubic ont été inaugurées pour le CO de la Glâne. Elles comprennent une piste de course de 80 m en tartan, une fosse pour le saut en longueur, un terrain omnisports de 54 m x 28 m permettant de pratiquer le basketball, le volleyball, le handball, le saut en hauteur. Un terrain en gazon artificiel de 40 m x 20 m est réservé au football. Le coût de ces équipements s'est élevé à 1 440 000 fr. Un prêt LIM (le dernier) a été octroyé pour cette réalisation. Ces aménagements permettent de dispenser dans toutes les classes de l'école qui compte 1000 élèves les 3 heures réglementaires de sport. En dehors des heures de classe, les enfants du voisinage pourront se défouler sur ces différentes places.

Une nouvelle fromagerie régionale

En janvier 2008, la Société de fromagerie de Mézières et environs a vu le jour. Il aura fallu auparavant que les 42 producteurs des sociétés de laiterie de Berlens, Estévenens, Mézières et Villariaz acceptent de réunir leurs forces au sein d'une même entité. Née dans les bureaux de Guy Chardonnens, à Domdidier, la nouvelle fromagerie est longue de 70 mètres et large de 23 mètres. Le bâtiment a coûté 7,8 millions. Le rez-de-chaussée est occupé par les locaux de production, une cave pour 6000 meules de fromage et un magasin. Le 1er étage abrite des bureaux, une caféria et une salle des conférences. La halle de production contient trois cuves, avec la possibilité d'en ajouter une quatrième. Tout a été prévu pour permettre une extension future du site. La fromagerie traitera 5 mio de kilos de lait annuellement, la 2ème en importance dans le canton, après celle de Pringy. Chaque année, 360 t de Gruyère AOC, 770 t de vacherin fribourgeois AOC, 15 t de raclette et 15 t d'autres spécialités, seront fabriquées. Du beurre, du sérac, de la crème double et du lait pasteurisé compléteront l'assortiment. Le petit lait sera acheminé par une conduite souterraine vers la porcherie située 800 m plus bas. Chiffre d'affaires attendu : 4 millions.

Un musée du papier peint à Mézières

Les seigneurs de Bonvillard ont construit le château de Mézières en 1574. En 1756, la seigneurie avec le château est rachetée par Jean-Georges de Diesbach. La bâtisse restera dans la famille jusqu'en 1871. Elle a été agrandie en 1787-1789. Il s'agit d'une aile à l'angle nord-est. Frédéric –François-Victor, officier au service de la France, fit poser, dans plusieurs pièces,des papiers peints des manufactures françaises et anglaises. Il constitua ainsi un ensemble exceptionnel. La fondation Edith Moret-Château de Mézières, créée en 1994, décida d'en faire un musée du papier peint. En 1995, il a fallu mettre le château hors d'eau et assainir les murs et les menuiseries atteints par la mérule. La seconde étape des travaux s'est déroulée entre 2003 et 2007.. Le musée occupe une partie du rez-de-chaussée, 2 étages et les combles. Il a été ouvert au public le dimanche 7 octobre 2007. La totalité des travaux a coûté 5,3 millions de francs.

L'entreprise générale de génie civil Ropraz fête ses cinquante ans

Lorsque Joseph Ropraz fonde son entreprise en 1959 à Prez-vers-Siviriez, elle compte trois employés. Cinquante ans plus tard, ses fils Bernard et Guy occupent cent collaborateurs. Les deux patrons estiment employer en plus 120 personnes à plein-temps en sous-traitance. Leurs cinq enfants travaillent dans l'entreprise. Ropraz SA, installée à Romont depuis 1988, s'est hissée dans le "top ten" des entreprises de la construction du canton.

L’usine Franke devient Framo SA

L’usine spécialisée dans la fabrication de meubles de salles de bain a été rachetée par sa direction le 30 juin, avec effet rétroactif au 1er janvier 2003. Les 30 ouvriers que compte l’entreprise garderont leur emploi. Le chiffre d’affaires devrait se maintenir à environ sept millions de francs.

Le centre forestier de Combloney

Ce centre forestier a été inauguré en avril 2002. Une corporation pour la gestion commune des forêts publiques du triage de la Glâne nord-ouest a vu le jour la même année. Propriétaire de la construction, elle gère à peu près 1000 ha de forêts tant publiques que privées.

Le CréaCentre opérationnel à Romont

Unique dans le canton, le Centre de créateurs et d’accompagnement d’entreprise est prêt (en 2003) à épauler les patrons de demain. Basé à Romont, il leur fournira un soutien logistique et des locaux, à des tarifs avantageux. Le CréaCentre aidera aussi les PME glânoises et veveysannes.

Le retable de Mézières a été restauré

Après plus de deux ans et demi de restauration, le retable de l’église de Mézières a retrouvé en 2014 sa beauté d’antan. L’apôtre Pierre, libéré de ses chaînes, resplendit de la lumière communiquée par l’ange pendant que les soldats sommeillent. Le retable est l’œuvre d’Emilio Beretta tout comme le chemin de croix. Selon la restauratrice Madame Monika Neuner, il s’agit de la plus grande œuvre au monde peinte sous verre. La remise en état du monument coûtera près de 125 000 francs. La restauration de l’église n’est pas terminée. Les prochains travaux concerneront le rafraîchissement de la nef et le remplacement de l’éclairage. En outre, un nouveau mobilier liturgique sera créé prochainement. Il a été dessiné par Monsieur Jean-Pierre Demierre. L’église de Mézières a été construite en 1939 sous la direction de l’architecte romontois Fernand Dumas. La paroisse fête donc cette année (en 2014) les 75 ans de son lieu de culte.

Nespresso inaugure une usine à Romont

Le 10 septembre 2015, Nestlé a inauguré à Romont son nouveau centre de production de capsules de café. Il s’agit du troisième site construit en Suisse par le groupe depuis 2002, après Orbe (2002) et Avenches (2008). Présenté comme un centre d’excellence et d’expertise en matière de café, le site de Romont a nécessité deux ans de travaux et 300 millions de francs. La parcelle occupée par Nestlé s’étend sur 110000 mètres carrés. Le centre de production est opérationnel depuis janvier 2015. Un convoi de 20 tonnes de café non torréfié arrive chaque semaine par le rail à Romont. Le café vert entre dans l’usine pour y être torréfié, parfois mélangé, puis moulu et conditionné. En plus des capsules classiques de la marque, le site fabrique des capsules beaucoup plus grandes qui sont exportées en Amérique du Nord et qui permettent de remplir des tasses d’une contenance supérieure. A Romont, ce sont actuellement (en septembre 2015), trois lignes de production qui fonctionnent. Elles sont gérées par trois équipes travaillant chacune 8 heures d’affilée, ce qui permet de faire tourner l’usine 24 heures sur 24, du dimanche soir au vendredi soir. En septembre 2015, 125 personnes travaillent dans l’usine de Romont. A la fin de l’année, l’entreprise devrait employer 200 travailleurs.

Cure de jouvence pour la chapelle de Berlens

Après huit mois de travaux (janvier à août 2015), la chapelle Notre-Dame de l’Epine a fière allure. L’édifice, dont les fondations remontent au 12ème siècle, jouit aujourd’hui d’une seconde jeunesse. L’éclairage, le chauffage, la peinture murale : tout a été revu et corrigé. Les six vitraux de Jean Bazaine ont été rafraîchis. L’éclairage a été amélioré. Autre nouveauté : lorsque le pèlerin pénètre dans le sanctuaire, l’éclairage s’allume automatiquement. Un panneau lumineux, fournissant des explications historiques sur le lieu de culte, a été installé dans le narthex. Le coût total des travaux s’élève à 100 000 francs.

Quand un homme est jeune, il a de l’estomac ; quand il l’est moins, il a du ventre.

L’ami de tout le monde n’est l’ami de personne.